Skip to Main content Skip to Navigation
Preprints, Working Papers, ...

La naissance de la terminologie anatomique du cheval en langue française : l’Hippostologie (1599) de Jean Héroard (1551-1628).

Résumé : L’Hippostologie (1599) de Jean Héroard (1551-1628), connu essentiellement pour son célèbre journal de l’enfance du futur roi Louis XIII (1601-1643), où l’on trouve par exemple la première attestation de bonbon (1604, Héroard, TLFi) et de cul-de-jatte (idem), est une aubaine pour la lexicographie historique de la langue française . Premier traité en langue française consacré exclusivement à l’anatomie du cheval, ce texte n’a pas bénéficié, jusqu’à ce jour, d’une édition critique mettant en valeur la grande originalité à la fois thématique et lexicale de cette monographie . Pourtant, ce corpus qui, à première vue, paraît d’une grande banalité, véhicule en toute discrétion nombre de termes médicaux qui ont échappé à la lexicographie historique dite ‘classique’ (Huguet, Godefroy, Lacurne et Littré), traditionnellement portée davantage sur l’étude du texte littéraire. Les illustrations du livre proviennent de Jacob de Weert (1569-16 ??), illustrateur d’André Alciat (1492-1550), de Pierre Victor Palma Cayet (1525-1610) et de Martín Antonio Delrío (1551-1608). Depuis peu, le texte suscite également l’intérêt des spécialistes de l’art vétérinaire . Notre étude lexicale sur la base de la lexicographie historique (Französisches Etymologisches Wörterbuch FEW, Trésor de la langue française, TLFi) tentera de démontrer à quel point l’écart entre la ‘réalité’ linguistique du français préclassique (1500-1650) et l’état actuel de nos connaissances sur la naissance et l’évolution des vocabulaires spécialisés tels que celui de l’Hippostologie est considérable. Sur la base du FEW, nous reviendrons, à titre d’exemple, sur l’histoire des termes bien connus de l’appareil auditif comme marteau, étrier, enclume, tous les trois attestés depuis Cotgrave 1611 (!), mais comme par hasard déjà présents dans notre corpus, et bien d’autres, comme anse (dep. 1805, Cuvier) et canon (dep. Richelet 1680), et assisteront ‘en direct’, si j’ose dire, avec 414 ans de décalage, à la naissance d’un vocabulaire médical marqué par des besoins désignatifs bien précis. Soucieux d’écrire un manuel pédagogique à la fois novateur et convivial, Héroard se lance dans la rédaction d’un texte informationnel et pragmatique qui, grâce à des procédés néologiques mis en place avec modération et bon sens (ellipse, composition, dérivation, néologie lexicale et sémantique) et surtout à l’absence du recours effréné à l’emprunt latino-grec, se propose d’être à la portée du ‘professionnel’ du cheval, démuni a priori de connaissances de la langue latine. Notre étude dévoilera en corollaire le premier plagiaire de l’Hippostologie, le lexicographe anglais Randle Cotgrave (1611), et nous amènera à nous intéresser de près, en termes d’intertextualité, à certaines similitudes du vocabulaire d’Héroard avec celui d’autres auteurs et lexicographes du français (pré)classique.
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01494253
Contributor : Volker Mecking <>
Submitted on : Friday, March 31, 2017 - 4:07:35 PM
Last modification on : Friday, April 2, 2021 - 12:42:42 PM
Long-term archiving on: : Saturday, July 1, 2017 - 12:17:11 PM

File

Héroard Hippostologie anno 15...
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01494253, version 1

Citation

Volker Mecking. La naissance de la terminologie anatomique du cheval en langue française : l’Hippostologie (1599) de Jean Héroard (1551-1628).. 2017. ⟨halshs-01494253⟩

Share

Metrics

Record views

204

Files downloads

305