Sur un prétendu contresens de Verlaine : je suis ton valet

Résumé : Dans le présent article, je me propose d'examiner ce que signifie la locution "je suis ton valet" qu'on lit au vers 13 de Lettre, poème de Verlaine paru dans Fêtes galantes. Dans son édition, Olivier Bivort a fait remarquer que le poète avait commis un contresens. Mais ne pourrait-on pas justifier l'emploi de Verlaine? Il me semble qu'un petit examen lexicographique peut résoudre la question.
Complete list of metadatas

Cited literature [2 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01485182
Contributor : Takeshi Matsumura <>
Submitted on : Wednesday, March 8, 2017 - 12:18:37 PM
Last modification on : Tuesday, March 14, 2017 - 1:05:57 AM
Long-term archiving on : Friday, June 9, 2017 - 1:21:28 PM

File

FRACAS 53 (20 02 2017).pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01485182, version 1

Collections

Citation

Takeshi Matsumura. Sur un prétendu contresens de Verlaine : je suis ton valet. FRACAS, Groupe de recherche sur la langue et la littérature françaises du centre et d'ailleurs (Tokyo), 2017, 53, pp.1-11. ⟨halshs-01485182⟩

Share

Metrics

Record views

112

Files downloads

186