« The Heavenly Master, canonization, and the Daoist construction of local religion in late Imperial Jiangnan »

Résumé : Le Maître céleste (Zhang tianshi) confère depuis l’époque des Yuan des titres et rangs aux divinités locales dans diverses parties du monde chinois, en particulier au Jiangnan. Ces titres et rangs jouent un rôle important dans la légitimation des cultes, notamment territoriaux, et permettent aux dieux d’avoir une place bien défi nie à l’intérieur d’un système local de régulation interne des cultes et des communautés. L’article, partant de l’exemple de la canonisation des célèbres divinités Wutong, retrace l’histoire de cette procédure de canonisation depuis le XIVe jusqu’au XIXe siècle. Il montre que son fondement liturgique est la transmission de registres (lu) aux dieux, de la même façon que lors d’une ordination pour un vivant : l’obtention de registres donne droit à un rang (zhi) dans la bureaucratie céleste. Au Jiangnan, en sus des ces registres et rangs, les communautés locales demandent au Maître céleste, pour leur dieux, des titres « féodaux » (conte, marquis, prince) identiques à ceux donnés par l’État impérial. En accédant à ces demandes, le Maître céleste en vient ainsi, au Jiangnan, à s’intégrer très largement à la gouvernance impériale de la société locale. Le taoïsme devient dans ces conditions le cadre bureaucratique de la société du Jiangnan.
Mots-clés : Chine Taoïsme Jiangnan
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01471207
Contributor : Vincent Goossaert <>
Submitted on : Sunday, February 19, 2017 - 2:40:48 PM
Last modification on : Wednesday, July 17, 2019 - 2:37:40 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01471207, version 1

Collections

Citation

Vincent Goossaert. « The Heavenly Master, canonization, and the Daoist construction of local religion in late Imperial Jiangnan ». Cahiers d'Extrême-Asie, Ecole française d'Extrême-Orient, 2011, 20, pp. 229-245. ⟨halshs-01471207⟩

Share

Metrics

Record views

78