Traduire le flou ? La traduction des standards juridiques entre terminologie et sémantique discursive

Résumé : [Problématique et objectifs] La présente communication, inscrite dans l’axe « normes internationales » de la journée d'études, trouve classiquement son point de départ dans les liens intrinsèques entre le droit et la langue. Instanciés au niveau terminologique, ils conduisent à présenter la terminologie juridique comme n’étant soluble que dans un système et un contexte juridiques donnés, et définissent la traduction juridique comme reposant sur une comparaison et une traduction des systèmes conceptuels sous-jacents. Dans ce contexte, la reconnaissance de « standards juridiques », entendus comme concepts indéterminés a priori (Bernard, 2010) est venue troubler cette mécanique bien huilée : le principe de subsidiarité (Joyeux, 2016) en est un exemple de premier plan. D’après la doctrine juridique, Roscoe Pound est, dans les années 1920, l’un des premiers juristes à interroger théoriquement la pertinence du standard juridique, identifié, face à la rigidité de la « règle », du « principe » ou du « concept », comme « une mesure moyenne d’une conduite sociale correcte ». Ses vertus résideraient dans une mise à l’écart de la loi vis-à-vis d’un « droit flottant » instrument permettant au juge d’adapter « constamment le droit aux circonstances sociales variables » (Tunc, 1970 : 249).Le développement de la notion au 20e siècle avait un aspect programmatique : le droit international s’appuie massivement sur cette notion et particulièrement le droit de l’Union Européenne : « L’une des particularités peu souvent évoquées de l’ordre juridique communautaire réside dans la présence d’un type particulier de notions indéterminées a priori : les standards juridiques » (Bernard, 2010 : 2-10), que l’auteure qualifie de « notion floue » impliquant « une marge d’interprétation pour celui qui le met en œuvre ».Ces standards posent donc une question fondamentale pour la rédaction et la traduction des normes internationales : dans la mesure où plusieurs donnent lieu à des lexies qui ne posent pas de problème morphologique particulier compte tenu de leur transparence (fr. discrimation vs all. Diskriminierung – fr. subsidiarité vs all. Subsidiarität), l’enjeu véritable de leur traduction relève d’une sémantique du discours : comment assurer la souplesse interprétative, d’une version à l’autre de ces textes, justement garantie par l’utilisation d’un standard ?[Corpus] Les réflexions soumises à discussion reposeront sur l’analyse d’un double corpus autour du standard principe de non-discrimination dans le couple de langues, et dans les traditions juridiques, français-allemand. Le premier corpus interrogé est constitué de bitextes parallèles permettant de mettre au jour les stratégies de traduction retenues par les organisations internationales mais aussi de voir les réseaux lexico-sémantiques construits dans ces textes au travers de reformulations / variations des formulations premières. Ces premiers résultats seront complétés par l’étude de textes comparables, précisément des commentaires doctrinaux originaux issus des deux systèmes, permettant d’examiner la « vie sémantique » de ce standard dans les deux langues-cultures.[Méthodologie] Ce double corpus sera interrogé d’une part à la lumière des approches terminologiques actuelles s’intéressant, à partir d’une redécouverte quasi philologique de la théorie générale de Wüster, aux terminologies des domaines flous (fuzzy terminology) abordables à partir d’une sémantique essentiellement constructiviste et d’autre part dans le cadre d’une analyse de discours appliquée aux discours juridiques qui reconnaît à la notion de formule, telle qu’elle a été définie par Krieg-Planque un rôle régulateur fondamental.[Discussion et perspectives]La communication ouvrira sur des questionnements relatifs à la vie des standards internationaux en droit interne : compatibilité ou incompatibilité avec le droit interne ? Avec l’introduction des standards assiste-t-on à des reformulations, des redéfinitions, des créations lexicales ? Le standard non-discrimination en français est particulièrement pertinent pour observer l’évolution d’une définition d’illégalité confronté aux critères exogènes au droit juridique que présuppose la notion de standard : discrimination légale/illégale, discrimination raisonnable, etc.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01470909
Contributor : Laurent Gautier <>
Submitted on : Friday, February 17, 2017 - 10:08:09 PM
Last modification on : Tuesday, May 7, 2019 - 10:39:08 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01470909, version 1

Collections

Citation

Arthur Joyeux, Laurent Gautier. Traduire le flou ? La traduction des standards juridiques entre terminologie et sémantique discursive. Traduire l'illégalité, CRTT - Univ. Lyon 2, Feb 2017, Lyon, France. ⟨halshs-01470909⟩

Share

Metrics

Record views

512

Files downloads

60