Fictions de l'intériorité

Abstract : On a depuis plusieurs années souvent fait remarquer que la littérature contemporaine avait réinvesti des domaines délaissés : terrain familial, social, grands et petits événements de l’histoire. Ce numéro propose une autre voie d’approche, qui s’intéresse à la représentation de l’intériorité, à cette capacité du roman à représenter la vie psychique, aptitude dont Dorrit Cohn a fait le propre de la fiction et Eric Auerbach l’horizon du roman occidental. Il semblerait en effet qu’avec l’avènement d’un roman du réel, ouvertement documentaire et polyphonique, soulignant l’étrangeté, l’opacité, la mobilité et la pluralité du moi, lorsque ce n’est pas sa monstruosité, interrogeant avec scepticisme la question de l’identité narrative, la question de l’intériorité se soit profondément transformée, au point qu’elle puisse se dire comme celle d’une intériorité sans intériorité. Mais si le roman moderne est indissociable de formes pour dire dans sa complexité la vie intérieure, c’est qu’elle n’a sans doute pas disparu dans le monde aplati des récits contemporains, de leurs voix diffractées et spéculatives, où l’on peine parfois à discerner les frontières de la réalité et de ses représentations, de l’intime et de l’extime, du moi et de l’autre. Ne la retrouve-t-on pas lorsque le roman devient un lieu de réflexion sur la morale ordinaire et extraordinaire, une source de savoir sur le monde, que l’on pense aux polyphonies intérieures de Maylis de Kérangal ou Mathias Énard ? N’est-elle pas l’enjeu de récits qui explorent la question des émotions, des affects et du sensible ? Qu’en est-il aussi des tentatives d’explorer la psyché des sans paroles, des marginaux ? Quelles sont les formes proposées par des écrivains aussi variés qu’Olivier Cadiot, Régis Jauffret, Marie NDiaye notamment pour pénétrer et restituer ces voix ? Qu’en est-il de l’héritage d’écrivains comme Sarraute et Simon dont les propositions de psycho-récit ont pu faire objet d’exclusion dans un certain Nouveau Roman jouant la surface contre la profondeur ? Existe-il des propositions propres à la francophonie nourries de formulations particulières de l’identité intérieure ? Et que vient répondre la littérature aux sciences cognitives, qui semblent s’imposer comme paradigme scientifique dominant pour interpréter nos âmes ? C’est donc à cette « vie psychique » que ce dossier se consacre, en privilégiant une approche théorique, informée par la narratologie contemporaine, la sociologie et la philosophie du sujet.
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01456915
Contributor : Dominique Rabaté <>
Submitted on : Monday, February 6, 2017 - 9:56:40 AM
Last modification on : Friday, February 8, 2019 - 3:18:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01456915, version 1

Collections

Citation

Dominique Rabaté. Fictions de l'intériorité. Belgique. http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/, 2016, Revue critique de fixxion française contemporaine, ⟨http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/⟩. ⟨halshs-01456915⟩

Share

Metrics

Record views

120