Se voir de l'extérieur: Wittgenstein et les regrets de la connaissance de soi

Abstract : Wittgenstein écrivait dans les Remarques mêlées : «On peut tout aussi peu voir de l’extérieur son propre caractère que sa propre écriture. J’ai une relation unilatérale à mon écriture, qui m’empêche de la considérer sur le même pied que les autres écritures et de la comparer à elles.» Au sein d’une réflexion philosophique sur la relation à soi, on peut se demander ce que peut signifier cette unilatéralité. Peut-on seulement regretter de ne pouvoir «voir de l’extérieur» son propre caractère ? L’article aborde ces difficultés de la connaissance de soi en mettant en lumière comment l’analyse qu’en propose Wittgenstein est liée à son attitude à l’égard du scepticisme. Nous nous appuyons en particulier sur la lecture proposée par Wittgenstein des Notes d’un souterrain de Dostoïevski, où il aborde la question des relations au caractère propre. Nous rapprochons cette lecture de l’interprétation proposée par Bakhtine dans la Poétique de Dostoïevski.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01444925
Contributor : Layla Raïd <>
Submitted on : Tuesday, January 24, 2017 - 1:44:45 PM
Last modification on : Thursday, January 11, 2018 - 6:19:42 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01444925, version 1

Collections

Citation

Raïd Layla. Se voir de l'extérieur: Wittgenstein et les regrets de la connaissance de soi. Raison Publique, [Rennes] : Presses universitaires de Rennes, 2016, Scepticisme, pragmatisme et philosophie du langage ordinaire, pp.125-142. ⟨https://www.raison-publique.fr/article826.html⟩. ⟨halshs-01444925⟩

Share

Metrics

Record views

230