L’acteur novarinien et son double : d’Artaud à Novarina

Abstract : La figure de l’acteur, dans l’imaginaire contemporain, a suscité de nombreuses réflexions dramaturgiques aussi diverses qu’opposées, si l’on pense à Craig, Brecht ou Artaud… Plus proche de nous, Valère Novarina, dont l’œuvre ne cesse de grandir depuis les années 70, propose lui aussi une image de l’acteur singulière : tout en renouant avec les théories d’Artaud, Novarina réinvente en effet, à travers la Lettre aux acteurs (1979), véritable manifeste poétique, le lien charnel entre le corps et les mots. Dans le théâtre de Valère Novarina, toute l’attention se porte sur l’acteur et sur le corps de l’acteur. Nous verrons comment ce recentrement dramaturgique redonne au comédien son rôle essentiel de cœur vivant au sein de la représentation, comment le corps de l’acteur devient un espace poétique, une scène théâtrale où se joue – et se rejoue à chaque entrée en scène – le drame de la vie et de la mort, le drame de la parole, dont la profération incessante donne l’assurance de la présence des êtres et du monde sur l’espace scénique. Cette ritualisation de l’acte théâtral chez Novarina reprend en partie les théories d’Artaud, elles-mêmes rassemblées dans un virulent manifeste : Le Théâtre et son double (1938). Novarina, sur les traces d’Artaud, construit lui aussi un nouveau « théâtre de la cruauté ». Artaud cherchait à redéfinir la vocation du théâtre comme expérience des limites. En dépassant la tradition occidentale de la mimésis, Artaud s’attache en effet à retrouver la force d’ébranlement de la liturgie théâtrale : ce sera l’idée d’un « athlétisme affectif de l’acteur », maîtrisant parfaitement les techniques du souffle et de ce qu’Artaud appelle « l’expectoration ». On retrouve ce même travail d’incarnation des mots à travers le don total de soi au public chez l’acteur novarinien. La figure de l’acteur, chez Novarina, manifesterait en quelque sorte le désir d’écriture non pas pour l’acteur, mais pour le corps de l’acteur, nécessairement traversé par les mots et le langage tout entier, et capable, selon une expression récurrente dans les textes de Novarina, de « porter le monde dans sa bouche en parlant ».
Type de document :
Communication dans un congrès
Université Sorbonne nouvelle - Paris 3. Les figures de l'acteur, May 2002, Paris, France. 2002, Les figures de l'acteur
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01404454
Contributeur : Céline Hersant <>
Soumis le : lundi 28 novembre 2016 - 16:48:33
Dernière modification le : vendredi 24 mars 2017 - 09:36:03
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 mars 2017 - 20:54:48

Fichier

Céline Hersant_L'acteur novar...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01404454, version 1

Collections

Citation

Céline Hersant. L’acteur novarinien et son double : d’Artaud à Novarina. Université Sorbonne nouvelle - Paris 3. Les figures de l'acteur, May 2002, Paris, France. 2002, Les figures de l'acteur. 〈halshs-01404454〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

58

Téléchargements de fichiers

427