La mise en scène du culte d’un saint : la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers

Résumé : La basilique funéraire Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, écrin pour le tombeau du premier évêque de l’Église locale, a été construite au XIe siècle. Le chevet à déambulatoire et chapelles rayonnantes offre des volumes propices à la hiérarchisation des espaces autour du tombeau, situé sous le sanctuaire. Le décor peint au début du XIe siècle contribue à les structurer. Un cycle apocalyptique se déroule sur le bandeau du rond-point de colonnes, des cycles hagiographiques de Martin, Philibert et Quentin sont figurés dans les chapelles rayonnantes nord, nord-est et sud-est, de nombreux saints en habits sacerdotaux sont peints sur les parois du déambulatoire et de la chapelle méridionale. Outre les restes saints de saint Hilaire, la collégiale possédait, depuis l’époque carolingienne, les reliques des saints Martin et Quentin dont l’existence est connue par les inscriptions d’Alcuin. Il est également mentionné par Alcuin un autel consacré à saint Philibert. La pérennité des cultes semble avoir été assurée à Saint-Hilaire de l’époque carolingienne à la période moderne. Les images des saints étaient vraisemblablement en liaison avec l’autel où étaient déposées leurs reliques, conformément à la pratique d’orner de la passion des saints les reliquaires dont ils conservent les restes. Une des scènes du cycle apocalyptique, située dans l’axe de l’autel, évoque le passage du chapitre IV du livre où les anges distribuent des étoles aux âmes des élus, « égorgés pour la parole de Dieu ». Or, dans l’exégèse, les élus du chapitre IV sont les prêtres de Dieu du chapitre XX, représentés sur les murs du déambulatoire et dans l’absidiole sud. Le chevet de Saint-Hilaire a été conçu comme une vaste entreprise d’élaboration hagiographique de la communauté canoniale autour du tombeau du premier évêque de Poitiers. Les saints figurés et les reliques conservées dans les chapelles sont liés par leur histoire à l’Église locale, fondée par Hilaire. L’entretien de la mémoire en construction du diocèse est affirmé par la représentation des plus anciens successeurs d’Hilaire, peints sur les piles de la travée orientale de la nef – sept sont aujourd’hui conservés, la nef ayant été détruite. Si la tombe du saint est la pierre de fondation de l’Église locale, les évêques en sont les piliers.
Type de document :
Article dans une revue
Pecia, 2005, Reliques et sainteté dans l’espace médiéval, 8 (11), pp.141-162
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01396966
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : mardi 15 novembre 2016 - 11:40:22
Dernière modification le : jeudi 21 septembre 2017 - 11:51:12

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01396966, version 1

Collections

Citation

Cécile Voyer. La mise en scène du culte d’un saint : la collégiale Saint-Hilaire de Poitiers. Pecia, 2005, Reliques et sainteté dans l’espace médiéval, 8 (11), pp.141-162. <halshs-01396966>

Partager

Métriques

Consultations de la notice

54