Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Les belles vielleuses au XVIIIe siècle : du triomphe aux sarcasmes

Résumé : Alors que la vielle connaît une mutation sans précédent dans les premières décennies du XVIIIe siècle dans sa facture et dans ses usages, elle apparaît avoir été adoptée par les femmes de la haute société dès les années 1730. L’abondance des représentations visuelles montrant la féminisation de sa pratique doit nous interroger sur les raisons de cet engouement comme sur celles qui portent les dames comme les peintres à en conserver l’image selon des stéréotypes intéressants à observer. Supplantant d’une certaine manière la guitare, la vielle connaît autant de faveurs que de réticences comme nous en donnerons quelques exemples symptomatiques. Au-delà des codes et des convenances, certains arguments d’ordre musical sont intéressants à relever. Mais les premiers triomphes féminins de la vielle disparaissent avec l’Ancien Régime pour fort longtemps et pour des raisons autant sociologiques que musicales.
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01396881
Contributeur : Florence Gétreau <>
Soumis le : mardi 15 novembre 2016 - 10:33:49
Dernière modification le : lundi 6 juillet 2020 - 09:40:13

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01396881, version 1

Collections

Citation

Florence Gétreau. Les belles vielleuses au XVIIIe siècle : du triomphe aux sarcasmes. Musique, images, instruments, Paris: Ed. Klincksieck; Paris: Laboratoire d'organologie et d'iconographie musicale CNRS, 2016, Itinérances musicales romantiques, 16, pp.74-109. ⟨halshs-01396881⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

208