Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier

Musique • Images • Instruments. Revue française d'organologie et d'iconographie musicale 16 : Itinérances musicales romantiques.

Résumé : L’itinérance des musiciens professionnels en Europe a fait l’objet, ces vingt dernières années, de nombreuses études où cependant la place des musiciens populaires a été plus sporadiquement considérée par les musicologues. L’objet de ce volume poursuit par conséquent cette double tradition de recherche mais en apportant deux orientations novatrices : dans la première partie, consacrée aux pèlerinages de Jean-Joseph Bonaventure Laurens (1801-1890), il s’agit de montrer les voyages musicaux d’un humaniste provincial, natif de Carpentras, comptable de la Faculté de médecine à Montpellier, « dilettante aux confins du professionnalisme » aux centres d’intérêt variés et à la culture multiforme. Violoniste et organiste, chambriste passionné, musicographe, admirateur de Bach et des musiciens allemands de sa génération (ceux qui se tiennent éloignés du grand opéra), il ose correspondre avec eux et devient collectionneur de partitions et manuscrits musicaux recueillis en quelque sorte à la source. Il entretient ainsi une correspondance assidue et pleine de dévotion avec Rinck, Mendelssohn, Heller et Schumann. Il finit par se rendre en Allemagne en 1841 et 1842, et en rapporte un journal autant rédigé que dessiné qui est exploré ici pour la première fois dans toute sa richesse et accompagné par l’édition critique en ligne de la correspondance inédite qui entoura ces pèlerinages. Jean-Jacques Eigeldinger, qui a consacré toute sa carrière à Chopin, a fait connaître récemment J.-J. Bonaventure Laurens comme collectionneur érudit. Il livre maintenant un dossier unique, sorte de récit d’initiation auprès de musiciens allemands de premier plan. Cette étude bouleversera à n’en pas douter les travaux critiques sur la réception française de Mendelssohn, Schumann et Brahms. Le deuxième dossier est tout aussi novateur puisqu’il s’attache à des femmes musiciennes d’extraction populaire, les vielleuses, qui en sont sans doute la figure la plus emblématique, du XVIIIe siècle à aujourd’hui. George Sand ouvre ce parcours qui relie l’Italie (La Venise du XVIIIe siècle incarnée par Consuelo, bohémienne devenue chanteuse célèbre), la Bohème et le Paris romantique. Mais Piémont, Savoie, Berry sont d’autres chemins qui menèrent ces fillettes, jeunes filles et femmes vers le Paris des Boulevards. On retrace ici aussi bien leur destinée fragile dans les rares mentions archivistiques, dans les récits pittoresques, que dans la construction mythique d’héroïnes du vaudeville, de l’opéra-comique, de la littérature leste ou moralisante du XIXe siècle, et, de manière omniprésente, de la chanson. L’imagerie n’est pas en reste, après que Gabriel de Saint-Aubin et les graveurs des Cris de Paris et des petits métiers aient forgé les conventions de leur représentation qui deviendra populiste et souvent larmoyante. Ce chapitre ouvre cependant des voies inattendues en s’intéressant aux femmes qui portent depuis quarante ans le renouveau des répertoires que les vielleuses incarnèrent selon leurs accents réalistes, mythiques et aujourd’hui assurément créatifs et contemporains.
Type de document :
Direction d'ouvrage, Proceedings, Dossier
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01396869
Contributeur : Florence Gétreau <>
Soumis le : mardi 15 novembre 2016 - 10:17:06
Dernière modification le : vendredi 14 septembre 2018 - 09:56:02

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01396869, version 1

Collections

Citation

Florence Gétreau. Musique • Images • Instruments. Revue française d'organologie et d'iconographie musicale 16 : Itinérances musicales romantiques. . France. 16, CNRS Éditions, pp.229, 2016, 978-2-272-09194-9. ⟨halshs-01396869⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

264