Dissertation et enseignement de masse à la faculté de Médecine de Lyon : une expérience pour améliorer la justesse des corrections de l'épreuve de Sciences Humaines et Sociales

Résumé : Un enseignement de sciences humaines et sociales a été introduit dans les années 1990 dans la formation et la sélection à l'issue de la première année de médecine, en même temps que dans des écoles d'ingénieur. Il a pour fonction de compléter la formation scientifique et technique propre aux études de santé. La plupart des disciplines du tronc commun de la première année (comme l'anatomie, la biologie cellulaire, etc.) choisissent d'évaluer les étudiant-es avec des questions à réponses multiples (qu'on appelait "QCM"). En SHS, au contraire , plusieurs facultés ont mis en place pour évaluer les étudiant-es une épreuve principalement rédactionnelle sous forme de "question qui fait débat" (par opposition à une question purement factuelle). À la Faculté Lyon Est, c'est même une dissertation assez proche de celle qu'on demande aux élèves de terminale de composer lors de l'épreuve de philosophie au baccalauréat. En 3 heures et sur 3 feuillets (90 lignes), les étudiant-es doivent traiter le sujet qui se présente sous la forme d'une question ouverte nécessitant la construction d'un argumentaire. Ce que l'on attend des étudiant-es, c'est de construire une discussion argumentée, faisant varier les perspectives, nourrie de connaissances et d'exemples, et dont le fil conducteur est ancré dans une problématique proposée avec leurs propres mots en introduction. Le choix d'une telle dissertation n'est pas toujours bien compris et prête le flanc à des critiques. Pour les étudiant-es, l'enjeu de l'épreuve finale est crucial puisque les SHS comptent pour 13 à 20% de leur note finale au concours, c'est même l'épreuve qui porte le plus fort coefficient. Ils-elles redoutent l'aléa d'une matière difficile à réviser, et craignent la subjectivité de la correction. Pour l'université, l'organisation de la correction d'un si grand nombre de copies réclame une mobilisation considérable. Au-delà de ces considérations, ce sont d'anciennes questions qui remontent à la surface : la dissertation est-elle un exercice intellectuel formateur ? Permet-elle d'asseoir une sélection juste ? Est-elle compatible avec un enseignement de masse ?
Type de document :
Article dans une revue
DIOTIME - L'AGORA, Editions Alcofribas Nasier & CRDP Montpellier, 2016, http://www.educ-revues.fr/DIOTIME/ListeSommaires.aspx?som=70
Liste complète des métadonnées


https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01395857
Contributeur : Vanina Mozziconacci <>
Soumis le : vendredi 25 novembre 2016 - 15:33:54
Dernière modification le : jeudi 1 décembre 2016 - 14:47:49
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 mars 2017 - 22:30:49

Fichier

Dissertation en enseignement d...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01395857, version 1

Citation

Nicolas Lechopier, Krystèle Appourchaux, Maxime Chapuis, Barthélemy Durrive, Maxence Gaillard, et al.. Dissertation et enseignement de masse à la faculté de Médecine de Lyon : une expérience pour améliorer la justesse des corrections de l'épreuve de Sciences Humaines et Sociales. DIOTIME - L'AGORA, Editions Alcofribas Nasier & CRDP Montpellier, 2016, http://www.educ-revues.fr/DIOTIME/ListeSommaires.aspx?som=70. <halshs-01395857>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

304

Téléchargements du document

90