Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Grenoble, la technopole qui se rêvait métropole

Résumé : À Grenoble peut-être plus qu’ailleurs, le phénomène technopolitain dessine une vision, partagée par un certain nombre d’acteurs de la ville, de la place de l’innovation et plus généralement de l’économie de la connaissance dans le développement territorial. Cette économie est organisée en clusters clairement identifiés dont les performances ne manquent pas d’être célébrées au sein des différents classements organisés par la presse spécialisée comme par les institutions internationales. Cependant, la capitale des Alpes semble aujourd’hui économiquement et socialement fragilisée et de nombreux signaux inquiétants viennent écorner l’image du désormais célèbre « modèle grenoblois ». Métropoliser la technopole apparaît comme l’une des voies possibles pour sortir d’une telle impasse. En effet, malgré le statut de métropole acquis institutionnellement en janvier 2015 dans le cadre de la loi MAPTAM, Grenoble n’affiche pas encore tous les attributs économiques et sociopolitiques d’une métropole qui supposerait notamment de mieux ancrer ses clusters dans la société urbaine locale, mais aussi de diversifier son économie et de renouveler en profondeur les modes de gouvernance à l’œuvre.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01395623
Contributor : Magali Talandier <>
Submitted on : Friday, November 11, 2016 - 10:46:28 AM
Last modification on : Saturday, August 1, 2020 - 3:07:09 AM

Identifiers

Citation

Charles Ambrosino, Rachel Linossier, Magali Talandier. Grenoble, la technopole qui se rêvait métropole. Géographie, Économie, Société, Lavoisier, 2016, 18 (3), pp.409-427. ⟨10.3166/ges.18.409-427⟩. ⟨halshs-01395623⟩

Share

Metrics

Record views

475