L'influence du genre professionnel dans les groupes "projet" en service interprofessionnel de santé au travail : conséquences sur les pratiques et attentes "métier"

Résumé : Depuis 2002, la loi impose la pluridisciplinarité dans les Services Interprofessionnels de Santé au Travail. Cette prescription n’est pas sans poser de difficultés (Debuc, 2015 ; Paillereau, 2015) dans une période marquée par un déficit numérique de médecins du travail. Malgré une volonté affichée au sein de l’Association Interentreprises de Prévention et Santé au travail du Cher (AIPST 18), la mise en œuvre de projets d’actions collectives de prévention efficientes ne se décrète pas (Paillereau, 2015). L’activité des personnels issus de différents corps de métiers est transformée. Si cette transformation peut être subie, il s’agit d’envisager les leviers et freins à la constitution de réels collectifs de travail pluridisciplinaires offrant des opportunités de développement professionnel. Selon Clot (2008), ce développement professionnel peut être supporté par des débats inter-métiers dans notre cas : la dispute professionnelle. Nous étudions dans quelle mesure certains groupes de travail existants à l’AIPST 18 constituent des espaces de dispute professionnelle. L’analyse du travail collectif vise à comprendre les processus de coopération qui se mettent en place dans les groupes, les compromis et renégociations de position entre les acteurs comme entre le collectif et l’organisation prescriptrice. L’observation permet de faire émerger les règles qui sont mises en place au fur et à mesure par les acteurs (Caroly, 2010) et qui sont collectivement admises. L’observation participante met en évidence que les travaux de ces groupes ouvrent des espaces de dispute professionnelle. Durant ces travaux émergent des « mises en visibilité du quotidien du travail des corps de métier, des partages de savoir-faire pour réussir » (Clot, 2008), mais aussi l’acceptation de compromis pour faire aboutir la mission commune. L’élaboration de nouvelles règles de métier est ce que Caroly (2010) présente comme une condition à l’existence d’un collectif de travail. Ces interactions sont pour les équipes pluridisciplinaires, au delà du travail, des occasions de développement professionnel. Il est indispensable qu’au sein des groupes de travail les différents métiers soient en mesure de régler les conflits existants (Barlet, 2015). Ceci ne peut se faire qu’à travers la construction des genres sociaux professionnels (Clot, 1999 ; 2008). Ceux-ci sont définis comme l’ensemble des obligations partagées par ceux qui travaillent pour parvenir à réaliser leur activité, malgré les entraves de l’organisation prescrite, sans qu’il aient le besoin dans le réel de leur activité d’avoir à redéfinir un ensemble de critères d’évaluation, de compréhensions moteurs ou syntaxiques, de règles métiers encadrants la tâche à réaliser (Clot, 2008). C’est ainsi que le genre social de métier va définir la manière dont les membres des différents métier (médecins, ergonomes, infirmiers, assistants) vont se comporter les uns envers les autres lors des groupes projet. Ils ont des comportements et des relations sociales définis par le genre social de métier, qui influent sur les interactions professionnelles. Ils jouent aussi au niveau des relations qui sont entretenues avec l’organisation comme dans la relation à l’Autre (Canguilhem, 1952), dans une dimension affective, émotionnelle et sensible (Récopé, Rix-Lièvre, Fache, & Boyer, 2013), et qui concerne les mécanismes de protection et de menace qui se mettent en place dans les interactions sociales (Goffman, 1959 ;1967). Cela peut placer certains acteurs dans des situations d’asymétries cognitives (position de sachant) ou institutionnelles qui supposent qu’ils peuvent à certains moments se trouver en position favorable pour imposer la vision de leur genre aux autres au sein des collectifs. Si les groupes de travail permettent des échanges sur le réel de l’activité des acteurs, le genre social de métier s’y affirme fortement. Par exemple, les médecins du travail n’arrivent jamais à l’heure, décident de ne pas venir sans prévenir : aucun autre acteur ne le fait. Lors de plusieurs réunions, arrivés en retard sans s’excuser, ils monopolisent la parole, se placent en position de « sachant ». Les ergonomes réagissent en terme de corps professionnels, engagent le débat. On constate des interactions sur le réel de l’activité qui peuvent être à l’origine de disputes professionnelles dans des groupes où les règles de métier apportent une forme de cohésion au groupe (Caroly, 2010) : celles de la prévention des risques pour les salariés. La reconnaissance est elle reconnue pour l’ensemble des acteurs (partage du travail en fonction des compétences, conférences présentées de manière partagées). Les acteurs réélaborent une partie des règles au fur et à mesure, s’émancipant du prescrit : coordination par les ergonomes alors que le médecin est normalement coordinateur ou reformulation du thème de travail imposé par la direction sans l’en informer. Ainsi, on constate une omniprésence du genre professionnel dans une situation où le sens du travail est perturbé par un environnement social et prescrit instable. Le style individuel des acteurs viendra compenser ces facteurs. On pourra analyser alors les dynamiques des asymétries cognitives et institutionnelles (Rix-lièvre, 2010) qui s’érigent en levier ou au contraire en obstacle à ces débats sur le métier.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01344689
Contributor : Fabien Coutarel <>
Submitted on : Tuesday, July 12, 2016 - 2:01:52 PM
Last modification on : Monday, February 18, 2019 - 4:39:20 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01344689, version 1

Collections

Citation

Cédric Gouvenelle, Géraldine Rix-Lièvre, Fabien Coutarel. L'influence du genre professionnel dans les groupes "projet" en service interprofessionnel de santé au travail : conséquences sur les pratiques et attentes "métier". Territoires et frontières : le développement à l'épreuve des régions frontalières, ASRDLF 2016, Jul 2016, Gatineau, Canada. ⟨halshs-01344689⟩

Share

Metrics

Record views

327