Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Les enjeux de la canalisation de la Moselle et de la Sarre jusqu'au Rhin pour les industriels sidérurgistes du bassin Lorraine-Sarre-Luxembourg (jusqu'aux années 1950)

Résumé : L'article montre que la réalisation des canaux de la Moselle et de la Sarre jusqu’au Rhin était techniquement convaincante, prometteuse (net baisse des coûts de transport) et sans problème attendu, y compris financier. Le blocage de longue durée était donc d’ordre politique et relève en grande partie des tensions franco-allemandes. Mais il révèle aussi, sur la longue durée, l’équilibre relatif entre les sidérurgies européennes parties prenantes de l’économie du Rhin et les tensions concurrentielles transnationales. A cet égard, le poids de la sidérurgie luxembourgeoise s’est avéré non négligeable dans la non-décision.La Moselle est devenue aujourd’hui une rivière canalisée empruntée par les péniches à grand gabarit et donnant accès aux ports d’Anvers et de Rotterdam. Si le canal a fini par être réalisé (les grands travaux sont achevés en 1964) , c’est parce que la France, dans les années 1950, avait une position politique dominante par rapport à l’Allemagne et à sa sidérurgie et à ses chemins de fer. C’est aussi parce qu’un nouvel enjeu, celui de la production électrique, donnait un plus grand poids à ce projet et intéressait le gouvernement allemand. C’est donc sur le long terme une victoire politique française.Mais ce n’est pourtant qu’une victoire économique partielle pour la France. Certes la sidérurgie lorraine en tire dans les années 1970 de grands bénéfices , mais l’absence de liaison au réseau français des canaux en a beaucoup limité l’intérêt pour les autres secteurs et le reste du pays. En revanche, pour l’Allemagne dont la sidérurgie avait pourtant en partie bloqué (avec la Reichsbahn) cette réalisation sur la longue durée, les bénéfices économiques ne sont pas négligeables. Cette étude de cas révèle donc, sur la longue durée, la situation de contrôle sur l’espace rhénan – presque de monopole – de l’économie allemande et de son secteur sidérurgique par rapport à ses partenaires/concurrents de l’Europe « lotharingienne ». Elle montre également le lien essentiel entre construction européenne et coopération transnationale dans le domaine fluvial. Alors que des initiatives privées avaient permis, dès l'entre-deux-guerres, des coopérations transfrontalières importantes dans certains secteurs, les intérêts divergents des différentes branches d'activité, tout comme le contexte des tensions franco-allemandes, ont ralenti la mise en œuvre d'une coopération transfrontalière sur la question fluviale. Il a fallu la décision politique de la construction européenne pour que se réalise enfin une canalisation projetée depuis des générations.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01334309
Contributor : Françoise Berger <>
Submitted on : Monday, June 20, 2016 - 5:04:01 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 10:42:08 AM
Long-term archiving on: : Thursday, September 22, 2016 - 7:00:46 PM

File

Françoise Berger-enjeux-cana...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01334309, version 1

Collections

CNRS | PACTE | UGA

Citation

Françoise Berger. Les enjeux de la canalisation de la Moselle et de la Sarre jusqu'au Rhin pour les industriels sidérurgistes du bassin Lorraine-Sarre-Luxembourg (jusqu'aux années 1950). Françoise Berger; Michel Rapoport; Pierre Tilly; Béatrice Touchelay. Industries, territoires et cultures en Europe du Nord-Ouest, XIXe-XXe siècles : mélanges en l'honneur de Jean-François Eck, Archives nationales du monde du travail, pp.137-145, 2015, 978-2-11-128204-9. ⟨halshs-01334309⟩

Share

Metrics

Record views

303

Files downloads

428