Représentations et gestion des micropolluants dans les eaux pluviales : entre complexité, incertitudes et peurs

Résumé : Depuis les années 1980, les eaux pluviales sont reconnues comme un vecteur important de diffusion des métaux lourds et des hydrocarbures. Suite aux exigences de la Directive cadre sur l’eau (DCE 2000), davantage de micropolluants présents dans les eaux de pluie ont été considérés, à travers une attention portée à d’autres familles comme les pesticides, alkylphénols, PCBs, PBDEs, Bisphénol A, phtalates… Dans ce contexte, les solutions alternatives de gestion des eaux pluviales visent à diminuer les flux d’eau pluviale rejoignant les milieux et à décroître la contamination des eaux. Deux types d’ouvrages peuvent être distingués : les systèmes centralisés (comme les bassins de rétention ou de décantation) et les systèmes à la source (tels les puits, les noues, les chaussées-réservoirs, les toitures stockantes, les jardins de pluie…). Le volet « sciences humaines et sociales » du projet MicroMégas (API ONEMA 2015-2019) vise : a) à caractériser comment les acteurs de la gestion (maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et gestionnaires) se représentent les micropolluants dans les eaux pluviales ; b) à mieux connaître les modalités selon lesquelles les ouvrages de gestion à la source des eaux pluviales sont envisagées (ou non) comme des dispositifs susceptibles de favoriser la prise en compte et la gestion des micropolluants au sein des agglomérations ; et c) à déterminer une éventuelle différence de représentations entre les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’œuvre et les gestionnaires des ouvrages de gestion à la source des eaux pluviales. L’étude s’inscrit dans le cadre du territoire du Grand Lyon, dans un contexte où la "Métropole de Lyon" (59 communes) a été votée par le Conseil constitutionnel le 24 janvier 2014. Cette nouvelle collectivité locale devrait exercer, à partir de 2018, en lien avec la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) du 27 janvier 2014, la compétence obligatoire GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) qui s’inscrit comme une normalisation de la gestion par les collectivités territoriales. La contribution s’appuie sur une campagne d’entretiens réalisés auprès d’une vingtaine d’acteurs de différents niveaux décisionnels, tantôt impliqués dans la conception des ouvrages, tantôt dans leur gestion dans l’espace du Grand Lyon. Cette enquête est complétée par un travail de dépouillement de revues spécialisées (i.e. TSM, Le Moniteur) et généraliste (i.e. La Gazette des Communes). La méthodologie appréhende une donnée qualitative, à savoir des discours, à travers deux techniques d’analyse : l’analyse de contenu et l’analyse de données textuelles. L’analyse de contenu permet par une catégorisation et un codage de mieux cerner les points communs et les contrastes entre différents discours. De plus, l’analyse de données textuelles a pour objectif de quantifier l’utilisation de termes pour mieux comprendre les pratiques sociales. Les entretiens retranscrits et les revues ont fait l’objet d’une analyse quantitative grâce aux logiciels R, TXM et IRaMuTeQ. Enfin, des extractions de citations permettent de mieux comprendre des positions individuelles. Les premières analyses montrent que les micropolluants tiennent une place mesurée dans les discours des gestionnaires. Les enjeux liés aux micropolluants n’apparaissent pas comme une question prioritaire pour les acteurs de la gestion des eaux pluviales. Les micropolluants sont mentionnés par l’intermédiaire de quelques familles spécifiques. Ces premiers résultats sont discutés, en mobilisant la littérature sur les risques et sur la pollution pour mettre en évidence une potentielle spécificité des représentations tenues à l’égard des micropolluants au sein des pollutions aquatiques du fait de leur invisibilité, de leur pluralité, de leur complexité et d’une certaine incertitude en termes de conséquences sanitaires, de compréhension des phénomènes et de choix dans les pratiques de gestion qui peuvent être jugés comme plus efficaces.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01316279
Contributor : Marylise Cottet <>
Submitted on : Monday, May 16, 2016 - 2:57:23 PM
Last modification on : Thursday, October 17, 2019 - 12:35:56 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01316279, version 1

Citation

Emeline Comby, Marylise Cottet, Anne Riviere-Honegger. Représentations et gestion des micropolluants dans les eaux pluviales : entre complexité, incertitudes et peurs. Doctoriales sciences sociales de l'eau, Jun 2016, Montpelliers, France. ⟨halshs-01316279⟩

Share

Metrics

Record views

217