Les racines dialectiques de la syllogistique aristotélicienne. Identité et quantification universelle.

Résumé : Dans des travaux récents, Marion et Rückert (2016) ont montré que la conception aristotélicienne des quantificateurs, telle que présentée dans les Topiques (Θ, 2, 157a 34-157b2), est fondée sur un cadre dialectique de même portée méthodologique et idéologique que le cadre dialogique moderne. Plus précisément, la signification aristotélicienne du quantificateur universel est fondée sur la règle socratique (Marion / Rückert, 2015 1). Les auteurs suggèrent même que le cadre de la Théorie Constructive des Types fournit le moyen d'exprimer et de rendre une reconstruction formelle des syllogismes très proche des expressions syllogistiques d'origine. Le point de notre discussion ici sera de préciser l'idée de la règle socratique comme expression dynamique de l'identité. I-La thèse de l'origine dialectique de la syllogistique aristotélicienne. Le point de l'article de Marion & Rückert est de montrer que la sémantique fondamentale de la quantification universelle présentée dans les Premiers Analytiques dérive d'une règle qui est déjà explicitée dans le traité des Topiques. Cette interprétation est plus précisément enracinée dans la règle dite « dialectique » du livre Θ, 2. Il s'agit d'une règle qui fixe le procédé de contestation d'une affirmation universelle de genre « Tous les A sont B », qu'on rend – dans le langage des Analytiques par, « B est prédiqué de tous les A ». La règle dialectique dit que si le Proposant d'une thèse, dans un débat dialectique, énonce une affirmation universelle, l'Opposant doit l'attaquer en lui présentant une instance de A qui ne serait pas un B, de sorte à mettre à mal la thèse posée par le Proposant. La défense du Proposant pourrait être de montrer que ladite instance est en fait un B ou alors de concéder effectivement le contre-exemple ; et dans ce cas, le Proposant perdrait le gain du débat. Ceci permet de comprendre l'interprétation qu'Aristote donnait déjà dans les Topiques, de la quantification universelle en disant : « B est prédiqué de tous les A » revient à dire qu'il n'y a pas d'instance de A qui ne soit pas un B. utilisant le langage de la Théorie Constructive des types, Marion & Rückert traduisent de manière quelque peu simplifiée en ces termes : « Π + (A, B) : aucun c : A ne peut être trouvé qui échoue à être un B »
Complete list of metadatas

Cited literature [13 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01315118
Contributor : Shahid Rahman <>
Submitted on : Thursday, May 12, 2016 - 4:38:49 PM
Last modification on : Tuesday, September 3, 2019 - 4:24:02 PM
Long-term archiving on: Tuesday, August 16, 2016 - 9:54:51 AM

File

Les racines dialectiquesde la ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01315118, version 1

Collections

Citation

Gildas Nzokou, Shahid Rahman. Les racines dialectiques de la syllogistique aristotélicienne. Identité et quantification universelle.. 2016. ⟨halshs-01315118⟩

Share

Metrics

Record views

191

Files downloads

268