Compte-rendu de l'ouvrage d'Ernesto Pastor Diaz de Garayo, Castilla en el tránsito de la antigüedad al feudalismo. Poblamiento, poder político y estructura social del Arlanza al Duero (siglos VII-XI), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, 381 pp.

Résumé : Dans l’historiographie espagnole relative au haut Moyen Âge, la nature du peuplement de la vallée du Duero est objet traditionnel de débat. Les médiévistes tentent, en effet, de savoir si, au VIIIe siècle, l’invasion musulmane a signifié une rupture par rapport au monde wisigothique. Dans ce bel ouvrage, E. Pastor opte pour la continuité institutionnelle et sociale de ces territoires de la Vieille Castille à la veille de l’an mil, pour lesquels il adopte le modèle que P. Bonnassie a utilisé pour la Catalogne, repris récemment par J. Larrea pour la Navarre. Analysées avec soin, les données de l’archéologie et les sources écrites montrent que le peuplement de la région connaît une rupture brutale au Ve siècle des invasions, époque de chute démographique où de nombreuses villae sont abandonnées. En revanche, la période où le Duero devient une région frontalière aux lisières d’al-Andalus coïncide avec la croissance démographique, l’extension des cultures et la fixation de l’habitat, Pour l’auteur, l’irruption arabo-berbère, mettant fin à la lourde fiscalité wisigothique, a paradoxalement facilité cet essor, mené par une paysannerie défricheuse qui s’oppose à l’économie pastorale du comte et de l’aristocratie. Cette explication s’inscrit en faux vis-à-vis de la théorie du repeuplement exogène encouragé par le comte, chère à Claudio Sánchez-Albornoz, ou de la descente vers le sud des groupes gentilices des monts Cantabriques, prônée par A. Barbero et M. Vigil. L’aristocratie castillane entretient alors des liens de type public et de service à l’égard du comte, qui ne lui a pas encore délégué le ban : elle tire cependant des profits considérables de la participation aux raids pourvoyeurs de butin en terre d’islam, et de l’obtention de fiefs révocables. Son patrimoine foncier présente une nette tendance à la fragmentation, en raison des structures horizontales de parenté qui favorisent les partages égalitaires des héritages selon le droit wisigothique. L’esclavage est encore présent dans les sources, y compris dans la petite propriété. La paysannerie libre, propriétaire de ses terres, dépendant exclusivement du comte sur le plan politique et juridique, fait preuve de dynamisme agricole dans les défrichements ; le concilium lui permet de préserver le pouvoir municipal, doublé de nombreuses franchises et privilèges : c’est au sein de ce groupe qu’émerge le groupe des infanzones, dont la cavalerie légère apporte le soutien militaire au comte au cours de ses raids. Ce livre constitue, en somme, un apport indispensable pour la connaissance de l’espace et de la société de la Castille comtale.
Type de document :
Article dans une revue
Revue historique, Presses Universitaires de France, 2001, 618, 2, pp.565-566
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01307340
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : mardi 26 avril 2016 - 14:25:17
Dernière modification le : lundi 23 mai 2016 - 16:29:59

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01307340, version 1

Collections

Citation

Martin Aurell. Compte-rendu de l'ouvrage d'Ernesto Pastor Diaz de Garayo, Castilla en el tránsito de la antigüedad al feudalismo. Poblamiento, poder político y estructura social del Arlanza al Duero (siglos VII-XI), Valladolid, Junta de Castilla y León, 1996, 381 pp.. Revue historique, Presses Universitaires de France, 2001, 618, 2, pp.565-566. <halshs-01307340>

Partager

Métriques

Consultations de la notice

44