Les Troubadours et le pouvoir royal : l’exemple d’Alphonse Ier (1162-1196)

Résumé : Auprès des historiens du Moyen Âge, les sources littéraires connaissent actuellement un regain de faveur. Pourtant ils s'en sont longtemps méfiés et, à la suite d'un siècle d'érudition positiviste, ils hésitèrent longuement sur la valeur documentaire à leur accorder. Dans le cadre des recherches chaque jour plus nombreuses ayant trait aux féodalités méditerranéennes, le médiéviste ne saurait plus méconnaître les renseignements dont les écrits des Troubadours foisonnent. En effet, ces intellectuels fréquentaient assidûment les cours princières, véritables centres de décision, et se tenaient au courant de l'évolution politique de leur temps. Passées au crible de la comparaison avec les sources diplomatiques et narratives, leurs œuvres - notamment les sirventés -, demeurent un témoignage historique de valeur inestimable. L'étude de ces poètes, dont les compositions sont un miroir des idées en vogue dans les milieux courtois où elles étaient principalement diffusées, peut devenir véritablement fructueuse dans le cadre de l'histoire des mentalités. Dépasser le stade du récits des événements pour arriver à l'étude de l'idéologie sous-jacente et du système de valeur des troubadours de la cour d'Alphonse Ier est le but du présent article.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01305619
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : jeudi 21 avril 2016 - 14:42:29
Dernière modification le : vendredi 22 avril 2016 - 11:10:09

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01305619, version 1

Collections

Citation

Martin Aurell. Les Troubadours et le pouvoir royal : l’exemple d’Alphonse Ier (1162-1196). Revue des langues romanes, 1981, pp.53-67. <https://www.pulm.fr/index.php/revues/revue-des-langues-romanes.html>. <halshs-01305619>

Partager

Métriques

Consultations de la notice

79