. Wl and . Golénischeff, Papyrus hiératiques, p. 73, pl. XVI. 16 pBM 10344 r°, l.1 : Fr.-R. Herbin, Books of Breathing, p.136

H. Grapow, Wie die alten Ägypter sich anredeten, wie sie sich grüßten und wie sie miteinander sprachen III, vol.66, pp.5-6, 1941.

A. H. Gardiner,

D. Meeks and ;. M. Smith, 19 À propos de l'emploi de la désignation « Hathor » introduisant le nom de la défunte : M. Smith, The Mortuary Texts, The Mortuary Texts of the Papyrus BM 10507 (CDPBM III), pp.129-131, 1987.

/. Osiris, M. Hathor, . Smith, N. N. Osiris, . Or-osiris et al., Totenbuch-Forschungen. Gesammelte Beiträge des 2. Internationalen Totenbuch-Symposiums Bonn, 25. bis 29, pp.325-337, 2005.

. Chr and . Leitz, LGG V, p.81

J. Voir and . Goyon, , p.38, 1966.

. Wl and . Golénischeff, Papyrus hiératiques, p.73

. Wl and . Golénischeff, Papyrus hiératiques, p.76

. Wl and . Golénischeff, Papyrus hiératiques, p.69

W. Pleyte and F. Rossi,

M. Coenen, SAK, vol.32, issue.6, p.107, 2004.

, Une ligne en hiératique, sous laquelle est située la croix permettant de vérifier que le phylactère était bien fermé et scellé 33 : Sm -t

. «-une-sépulture,

, 3 ; Fr.-R. Herbin, Books of Breathing, p. 2. Théoriquement, le Livre premier des respirations est placé sous la tête, tandis que le Livre second est censé être déposé sous les pieds du défunt, Toutefois cette règle est sujette à de très nombreuses exceptions : Fr.-R. Herbin, Books of Breathing, pp.2-4

. Comme-son-nom-démotique,-?-.t, document », l'indique, ces textes plus que des « livres » sont des lettres, courriers, documents qui impliquent d'être scellés. La croix constitue la marque d'un scellement qui subsiste après son ouverture : K. Vandorpe, « Seals in and on the papyri of, Archives et sceaux du monde hellénistique, vol.29, pp.240-242, 1996.

, Voir les différents exemples de cette formule recensés par J.-Cl. Goyon, Le papyrus du Louvre N, pTübingen P2014 r o (©IANES-Tübingen) pTübingen P2014 v o, vol.3279, pp.83-85

L. Tsenapollôs,