Les enseignant·es, les médiateur·trices et la sociologue : mise en place et gestion collaborative d’une action éducative

Résumé : Cette communication propose de s’intéresser à la mise en place concrète de l’évaluation d’une action éducative de lutte contre les stéréotypes genrés par des chercheuses en sociologie, en faisant l’analyse des relations entre les différents acteurs du projet : comment les équipes pédagogiques, les intervenant·e·s des associations et les sociologues travaillent-ils ensemble sur le terrain ? Conçues « en continuité et en complémentarité » avec les enseignements scolaires, les actions éducatives lancées dans le primaire et le secondaire en partenariat avec des structures extérieures (associations, entreprises, etc.) exigent un travail collaboratif entre enseignant·e·s, personnels de direction et intervant·e·s afin de fixer les objectifs pédagogiques et les modalités pratiques de réalisation des projets. L’envergure de l’implication humaine et financière nécessaire amène de plus à plus à interroger l’efficacité de telles actions : sont-elles utiles aux élèves ? Parviennent-elles à réaliser leurs objectifs, et méritent-elles d’être reconduites (Bordeaux, 2015) ? Cette communication propose de s’intéresser à la mise en place concrète de l’évaluation d’une action éducative par des chercheuses en sociologie, en faisant l’analyse des relations entre les différents acteurs du projet : comment les équipes pédagogiques, les intervant·e·s des associations et les sociologues travaillent-ils ensemble sur le terrain ? L’action éducative concernée est un projet intitulé « Égalité, science et orientation » (ESO), piloté par l’association lyonnaise Ébulliscience, et dont l’objectif est de favoriser une égalité des chances dans l’accès aux sciences pour les enfants de milieux populaires, et en particulier pour les filles, tout en développant la culture scientifique et technique des élèves. L’initiative se traduit par la mise en place d’ateliers hebdomadaires animés par un ou deux animateurs de l’association Ébulliscience, et qui combinent enseignements scientifiques et réalisation d’objets (films, robots, maquettes). Le dispositif a été lancé en 2013 dans trois écoles primaires du 8e arrondissement de Lyon et se poursuivra jusqu’en 2017 dans ces écoles et au collège du secteur ; deux cohortes d’une centaine d’élèves chacune participent au projet ESO pendant quatre ans, l’une étant constituée d’élèves accompagnés du CE1 au CM2 et l’autre d’élèves suivis du CM1 à la 5e. Le projet « Égalité, science et orientation » s’inscrivait à l’origine dans le programme d’enseignement expérimental « les ABCD de l’égalité », dont l’objectif était de lutter contre le sexisme et les stéréotypes de genre. C’est cet ancrage qui a conduit les commanditaires du projet à vouloir en évaluer les effets sur les représentations et l’imaginaire social des enfants concernés, et non seulement sur leurs compétences et connaissances en science. Un dispositif d’enquête sociologique a donc été intégré au projet sous la forme d’observation participante des séances hebdomadaires et de réalisation d’entretiens avec les élèves et adultes concernés par des sociologues spécialistes du genre et de culture. Dans la lignée des travaux récents de la sociologie qui invitent à faire un important travail réflexif sur les enquêtes (Laurens et Neyrat, 2010), nous souhaitons ici interroger les effets produits par la présence d’une sociologue au cœur d’une action éducative, notamment dans le cadre de l’observation participante et du travail avec des enfants. En effet, si l’entrée des chercheu·r·euse·s sur un terrain d’enquête suppose toujours des interactions et des négociations complexes (Arborio, 2007 ; Chapoulie, 2000), la situation est encore différente lorsqu’il s’agit d’entrer dans l’école en tant qu’observatrice participante, et lorsque tous les adultes présents n’ont pas le même rôle vis-à-vis des enfants (Lignier, 2008). Il est parfois malaisé de conserver un rôle d’observation et de nouer avec les enfants la relation de confiance qu’exige la situation d’entretien sociologique dans une salle de classe où l’exercice de l’autorité par tous les adultes présents s’avère parfois nécessaire pour maintenir le calme et la sécurité pendant des manipulations. On s’intéressera ainsi à la co-construction de la place et du rôle de chacun (enseignant·e, personnel de direction, animateur, sociologue) au sein du projet et de la salle de classe, et aux effets de domination et de violence symbolique qui peuvent se jouer entre les acteurs (Passeron et Bourdieu, 1970) lorsque des pratiques et des objectifs divers entrent en conflit. Ce travail repose sur une enquête sociologique longitudinale engagée en 2013 dans deux écoles primaires et poursuivie depuis septembre 2015 au collège. L’étude suit un tiers des élèves de la cohorte qui participe au projet ESO depuis le CM1, soit une trentaine d’enfants, ainsi qu’un petit groupe de quinze enfants témoins qui ne font pas partie du projet ESO. La communication s’appuiera sur les données obtenues dans le cadre de trois années d’observation participante d’ateliers scientifiques hebdomadaires (une centaine d’heures en tout) et de participation aux réunions d’organisation du projet, ainsi que sur des entretiens semi-directifs réalisés avec les enfants, les membres de l’association et les enseignant·e·s impliqué·e·s. Références ARBORIO A.-M., 2007,« L’observationdirecteensociologie":quelquesréflexions méthodologiques à propos de travaux de recherches sur le terrain hospitalier », Recherche en soins infirmiers, 90, 3, p. 26‑34. BORDEAUX M.-C., 2015, « Rapport sur L’évaluation des “effets” de l’éducation artistique et culturelle. Étude méthodologique et épistémologique », enquête en cours. CHAPOULIE J.-M., 2000, « Le travail de terrain, l’observation des actions et des interactions, et la sociologie », Sociétés contemporaines, 40, 1, p. 5‑27. LAURENS S., NEYRAT F., 2010, Enquêter!: de quel droit!? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant. LIGNIER W., 2008, « La barrière de l’âge. Conditions de l’observation participante avec des enfants », Genèses, 1, 73, p. 20‑36. PASSERON J.-C., BOURDIEU P., 1970, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit. Mots-Clés : genre, science, évaluation, action éducative, partenariat
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01291534
Contributor : Clémence Perronnet <>
Submitted on : Monday, March 21, 2016 - 4:03:25 PM
Last modification on : Thursday, May 9, 2019 - 10:25:43 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01291534, version 1

Collections

Citation

Clémence Perronnet. Les enseignant·es, les médiateur·trices et la sociologue : mise en place et gestion collaborative d’une action éducative . Le Printemps de la recherche en ESPE : « la recherche en éducation : des enjeux partagés », Réseau National des ESPE (R-ESPE), Mar 2016, Paris, France. ⟨halshs-01291534⟩

Share

Metrics

Record views

392