Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Le chèque dans les collectivités locales françaises : Cibler le « bénéficiaire » pour faire adhérer le « client »

Résumé : Les chèques, ou vouchers de services publics (Colin, 2005) sont des outils de ciblage des aides individuelles qui ont été réinventés par des économistes libéraux dans les années 1960. Ainsi, Milton Friedman sur le school voucher (Friedman, 1962) et Alan Peacock sur le cultural voucher (Peacock, 1968) ont beaucoup écrit à propos de cet outil, censé être un instrument du libre-choix du bénéficiaire. Schématiquement, il s'agit d'un bon d'achat distribué à un public ciblé en vue de lui permettre d'acquérir un bien ou un service. Il est considéré, entre autres, comme un moyen de cibler le public tout en orientant son choix. Le chèque est ainsi, pour reprendre l'expression du politiste américain Eugene Steuerle, un moyen de prescrire et de proscrire. Cette formule a pu être testée sur de très nombreux terrains depuis les années 1970 dans le monde entier (Steuerle, 2000). Le chèque est entré ensuite dans la littérature du New Public Management, puis de la New Governance. On le retrouve en bonne place parmi les outils d'Osborne et Gaebler (Osborne, Gaebler, 1992) et surtout de Lester Salamon qui les considère comme des Tools of government (Salamon, 2002). Le chèque est donc considéré, dans le débat anglo-saxon, comme un outil libéral. Son utilisation, pour cibler les publics, favoriser le libre-choix et orienter les dépenses individuelles vers des meritgoods (Becker, 1974) est très répandue au sein des organismes financiers internationaux (Banque Mondiale, OMC…) intervenant dans le redressement d'Etats. C'est ainsi qu'en 1994, de façon apparemment cohérente politiquement, le Conseil régional Rhône-Alpes, s'inspirant des vouchers anglo-saxons, a lancé le chèque culture, distribué au public des lycéens afin de laisser aux jeunes la liberté de choix des prestations culturelles qu'ils souhaitent. Le caractère libéral et le lien avec les outils anglais et américains sont parfaitement revendiqués par les acteurs interrogés.Ce qui apparait plus surprenant, c'est la diffusion massive dans les collectivités françaises de cet outil. Dès la fin des années 1990, les régions et départements français vont se doter massivement de dispositifs de ce type. Les chèques, puis les cartes à puce sont depuis utilisés dans 21 régions sur 22 et dans plus de la moitié des départements.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01276771
Contributor : Arnaud Lacheret <>
Submitted on : Saturday, February 20, 2016 - 10:27:15 AM
Last modification on : Saturday, August 1, 2020 - 3:07:07 AM
Long-term archiving on: : Saturday, May 21, 2016 - 10:15:52 AM

Files

Le chèque dans les collectivi...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01276771, version 1

Collections

CNRS | UGA | PACTE

Relations

Citation

Arnaud Lacheret, Arnaud Desbrosses. Le chèque dans les collectivités locales françaises : Cibler le « bénéficiaire » pour faire adhérer le « client ». L'Harmattan. Réformes publiques: expériences et enseignements, L'Harmattan, pp.179-192, 2016, Management Public, 978-2-343-07974-5. ⟨halshs-01276771⟩

Share

Metrics

Record views

186

Files downloads

188