L’intégration métropolitaine par le marché de la consommation en Ile-de-France : : entre proximité de l’offre commerciale et disponibilités de la main d’œuvre

Résumé : L’économie résidentielle est présentée comme une économie protégée en raison de l’ancrage territorial attendu des activités commerciales et des services aux ménages. De fait, ces activités servent la demande finale et sont peu délocalisables à ce titre. Même en cas de dégradation du niveau de revenu des habitants, il y a une faible compression possible des budgets de dépenses, et donc de la vitalité des commerces et des services. La proximité spatiale, en termes de distance-temps, n’est pourtant pas synonyme d’ancrage territorial car les territoires, en tant qu’espace de construction de l’action collective, assument des découpages géographiques parfois fins et souvent étrangers aux contours des espaces économiques fonctionnels. Qui plus est, l’offre de consommation ne se localise pas dans les mêmes registres de proximité selon le commerce ou le service considéré ; la zone de chalandise d’un équipement pouvant parfois excéder la centaine de kilomètres. L’économie résidentielle n’est pas non plus qu’un marché des biens et services, c’est également un marché des facteurs de production, ce qui implique qu’il faille, au-delà des bassins de consommation, considérer aussi, et entre autres choses, les bassins d’emplois spécifiques à cette économie. En réalité, la fonction de consommation va vite dépendre de relations complexes entre plusieurs territoires et non seulement celui de résidence. Aussi, le propre d’une région métropolitaine est d’étendre et de diversifier la manière dont l’économie de marché s’ancre spatialement. En interne, elle tend vers un certain équilibre productivo-résidentiel, entre espaces investis par l’activité économique et espaces de vie et de logement pour les ménages. C’est la relation d’une ville avec un arrière-pays, un hinterland. Aussi, la métropole, en tant système économique et urbain, participe-t-elle d’une intégration économique des territoires par l’éclatement spatial de la fonction de consommation ? Cette communication se propose d’y apporter des éléments de réponse et de discuter de l’intégration métropolitaine à l’aune de mécanismes de marché. Pour ce faire, nous nous intéressons à l’économie résidentielle en Ile-de-France, et la manière dont le marché de la consommation régionale, par son éclatement au sein de la région métropolitaine, consolide l’unité systémique. En tenant compte des flux de dépenses que les pratiques de consommation animent, et des flux de salaires que la rémunération de la main d’œuvre implique, nous en venons à calculer et à discuter un indice d’intégration métropolitaine.
Type de document :
Communication dans un congrès
8ème Journées de la Proximité : « Construire les proximités dans un monde global : enjeux territoriaux, organisationnels et sociétaux », May 2015, Tours, France. 2015
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01270430
Contributeur : Jean-François Ruault <>
Soumis le : dimanche 7 février 2016 - 20:25:10
Dernière modification le : mardi 9 février 2016 - 09:02:22

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01270430, version 1

Collections

Citation

Jean-François Ruault. L’intégration métropolitaine par le marché de la consommation en Ile-de-France : : entre proximité de l’offre commerciale et disponibilités de la main d’œuvre. 8ème Journées de la Proximité : « Construire les proximités dans un monde global : enjeux territoriaux, organisationnels et sociétaux », May 2015, Tours, France. 2015. 〈halshs-01270430〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

183