L'importance du système de clientèle dans le mode de fonctionnement de l'appareil politique des sociétés celtiques du milieu du i er siècle a.C

Résumé : Aux iie et ier s. a.C., les aristocraties militaires, aux différents niveaux de leurs hiérarchies, constituaient toujours, malgré l’existence de l’État, la trame locale de l’autorité politique et judiciaire dont sont redevables les gens du commun en vertu de l’obéissance assurée en échange de la protection qu’elles sont capables de garantir contre les agents de l’État ou contre les visées de leurs homologues du voisinage. La fidélité au patron provient du fait que ce dernier, en dehors du lien clientélaire, est un personnage hautement considéré en tant que chef de guerre et / ou grand propriétaire foncier. Les liens qui unissent le client et le patron trouvent en partie leur source dans des relations sociales hiérarchiques ordinaires de dominé et de dominant. Le rapport de clientèle ne fait qu’entériner une relation asymétrique déjà existante. Il ne fait que la prolonger sur la base de nouveaux rapports de dépendance, moins contraignants pour le client et plus valorisants pour le patron. Les clients sont avant tout des hommes libres qui, en plus de leur lien de réciprocité, sont autant d’individus capables le moment venu de faire pencher la balance en faveur de leur patron, dans la mesure où, étant citoyens, leur voix compte. Asseoir son pouvoir sur des hommes libres renforce ce dernier, qui le serait beaucoup moins s’il ne l’était que sur des esclaves. Si pour le dépendant, c’est la survie au quotidien qui se joue dans cette relation déséquilibrée, pour le noble, c’est tout simplement l’accès au pouvoir qui est en jeu. “Le jeu des relations clientélistes se fait [en effet] pour et autour de la possession et du pouvoir…” 93. Celui qui possède se démarque des autres car il atteint ainsi au pouvoir privé que lui confèrent ses richesses sur ses dépendants. Le pouvoir privé sur des hommes libres est assurément le premier pas vers un accaparement total du pouvoir suprême, c’est-à-dire du pouvoir politique. Est-il nécessaire, du reste, de préciser que le pouvoir du patron n’est pas un pouvoir institutionnalisé, puisque le rapport patron / client est fondé sur une protection personnelle et privée qu’un nanti accorde à un plus faible.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01267499
Contributor : Sophie Desbois-Garcia <>
Submitted on : Thursday, February 4, 2016 - 2:53:02 PM
Last modification on : Friday, September 14, 2018 - 9:56:09 AM
Long-term archiving on : Saturday, November 12, 2016 - 9:09:58 AM

File

BARAY Luc.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01267499, version 1

Collections

Citation

Luc Baray. L'importance du système de clientèle dans le mode de fonctionnement de l'appareil politique des sociétés celtiques du milieu du i er siècle a.C. Alberti Géraldine, Féliu Clément, Pierrevelcin Gilles. Transalpinare : mélanges offerts à Anne-Marie Adam, Ausonius, pp.157-170, 2014, 978-2-35613-085-3. ⟨halshs-01267499⟩

Share

Metrics

Record views

253

Files downloads

278