Pourquoi (ne pas) faire une éducation féministe? : De la première à la deuxième vague, de l’individuel au collectif, du personnel au politique

Résumé : L’idée que les différences entre femmes et hommes doivent être expliquées par la socialisation et l’éducation plutôt que par la nature est parmi les plus anciennes du féminisme : les études décelant le sexisme qui les traverse sont nombreuses. Cependant, en France, rares sont les écrits qui dépassent cette dimension critique pour chercher à élaborer de façon systématique une éducation alternative féministe. En analysant deux conceptions de la lutte contre l’injustice faite aux femmes – celle de Madeleine Pelletier, militante du début du XXe siècle, et celle du féminisme « de la domination » des années 1970 –, nous chercherons à mettre au jour les raisons théoriques qui peuvent justifier cette rareté. Nous nous concentrerons sur la rationalité de ces discours, rationalité qui fait qu’une élaboration positive et spécifiquement féministe de l’éducation est renvoyée hors de « ce qu’il y a à penser ». Cela nous conduira à relativiser l’importance de l’éducation dans la lutte féministe.
Complete list of metadatas

Cited literature [45 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01242219
Contributor : Vanina Mozziconacci <>
Submitted on : Friday, June 14, 2019 - 7:29:55 PM
Last modification on : Monday, June 17, 2019 - 5:22:09 PM

File

Mozziconacci_INITIO_no._5_auto...
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01242219, version 1

Citation

Vanina Mozziconacci. Pourquoi (ne pas) faire une éducation féministe? : De la première à la deuxième vague, de l’individuel au collectif, du personnel au politique. Initio, Université Laval, 2015, Genre, éducation et travail, 5 (1), pp.5-23. ⟨halshs-01242219⟩

Share

Metrics

Record views

271

Files downloads

31