Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Détection et analyse des structures archéologiques pour comprendre la forêt de Chailluz (Besançon) d’hier à aujourd’hui

Abstract : La région de Franche-Comté figure parmi les territoires les plus boisés au niveau national avec un taux de boisement de 46 %, dans un espace européen où la couverture forestière représente plus de 40 % de la surface totale. Les espaces forestiers constituent donc un enjeu important en termes de ressource énergétique et économique, de valeur patrimoniale et de bien-être des populations. C’est dans ce contexte que le chantier Construction Historique des Espaces Forestiers (CHEF) vise à produire une meilleure connaissance des espaces forestiers actuels, avec une perspective de longue durée, de la Protohistoire au XXème siècle. Cette étude, qui offre un recul suffisant, permet d’aborder des questions de gestion durable. Pour mener à bien ce travail, la forêt de Chailluz à Besançon a été choisie comme zone pilote pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ce massif forestier communal périurbain est caractérisé par sa multifonctionnalité. Elle a en effet une fonction économique par sa production sylvicole, une fonction écologique car elle comporte une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) et une fonction sociale car elle est fréquentée comme espace éducatif, de loisirs et de pratique sportive. Chailluz constitue également un cas d’étude intéressant par son ancienneté : dès les années 1180-1190, les Bisontins sont en litige avec l’archevêque pour y obtenir des droits d’usage (Fohlen dir. 1964). De nouveaux conflits en 1232 où le bois est mentionné sous l'appellation "Chaillou" à propos d'un droit de défrichage puis en 1258 lors d'un droit d'affouage, où le bois est alors appelé "Chalor" montrent que l’archevêque est le seul propriétaire. Mais dès 1290, les Bisontins légifèrent dans la forêt de Chailluz où ils ont désormais des droits. La forêt est alors mentionnée de manière explicite dans un règlement relatif aux coupes en 1309 . Paradoxalement, en dehors de la chapelle St Gengoul, de structures militaires autour du fort de la Dame Blanche, de quelques lavognes pour abreuver du bétail et de quelques découvertes isolées signalées à la carte archéologique, jusqu’en 2009, le patrimoine archéologique de Chailluz restait méconnu et très largement sous-estimé. C’est grâce à une acquisition de données altimétriques par laser aéroportée (LiDAR) que le massif s'est révélé très riche en structures d'habitat, agropastorales, de voirie et de production économique. Ces découvertes ont permis de reconsidérer le massif forestier de Chailluz comme un espace dynamique dont l'usage et le rôle au sein du territoire bisontin a sans doute considérablement varié, à l'instar d'autres forêts anciennes comme le massif de Haye en Lorraine ou du Châtillonnais en Bourgogne (Georges-Leroy et al. 2012, Goguey et al. 2014). Ainsi, il convenait de s'interroger sur les emprises du massif forestier au cours de périodes passées et éventuellement de cerner la zone la plus ancienne. Un second niveau de questions visait à comprendre les rythmes et les modalités de déboisement / reboisement en fonction des activités (agropastorale, charbonnage, extraction...) dont l'existence est prouvée par les vestiges conservés et qui sont parfois attestées plus ou moins directement par les textes. Enfin, un troisième niveau de questions vise à mieux comprendre la forêt dans son état actuel en essayant d'évaluer l'influence des pratiques domestiques, extractive et productive, agropastorales et sylvicoles anciennes sur la structure du boisement et la végétation d'aujourd'hui. Dans cet article, nous nous attacherons à présenter l’apport de la technologie LiDAR pour ce type de problématique et la manière dont elle peut s’intégrer dans une démarche interdisciplinaire et multi-échelle.
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01222742
Contributor : Laure Nuninger Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, October 30, 2015 - 2:33:02 PM
Last modification on : Tuesday, April 12, 2022 - 10:12:02 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01222742, version 1

Citation

Laure Nuninger, Catherine Fruchart, Clément Laplaige, Sylvie Bépoix, Rachel Opitz, et al.. Détection et analyse des structures archéologiques pour comprendre la forêt de Chailluz (Besançon) d’hier à aujourd’hui. Laurence Delobette, Paul Delsalle. Histoire des paysages forestiers comtois et jurassiens, ed. Franche-Bourgogne, pp.35-51, 2016. ⟨halshs-01222742⟩

Share

Metrics

Record views

292