L'inauguration de l'assemblée législative est-africaine: faut-il s'en réjouir?

Résumé : ; Site web : www.ifra-nairobi.org L'inauguration de l'assemblée législative est-africaine: faut-il s'en réjouir? Le 29 novembre 2001, l'Assemblée législative est-africaine (ALEA) ainsi que la Cour est africaine de Justice ont été inaugurés. C'est la dernière étape du processus formel d'institutionnalisation de la Communauté est-africaine (CEA). Cet article se veut une analyse critique de l'ALEA. Il cherche à voir si cette institution aura la capacité de développer la coopération est-africaine afin d'aboutir un jour à une fédération politique. Pour se faire, il étudie l'élection des premiers parlementaires de l'ALEA. Il présente les débats surcités à cette occasion puis les délégations que chaque Etat-membre a envoyé à Arusha. Il en arrive à défendre l'idée que le peuple est-africain n'a pas lieu de se réjouir car les institutions actuelles de la CEA ne peuvent pas garantir la réalisation d'un Etat fédéral d'Afrique de l'Est. P ar un traité signé le 30 novembre 1999, le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie créent la Communauté est-africaine. L'objectif principal de la CEA est de « développer des politiques et des programmes visant à élargir et approfondir la coopération entre les trois États-partenaires dans les domaines politique, économique, social, culturel, dans le domaine de la recherche, de la technologie, de la défense, de la sécurité, du droit et des lois, cela dans leur intérêt mutuel (Article 5.1). La Communauté aura une Union douanière, un Marché commun et une Union monétaire qui sont des étapes transitoires visant à développer à terme une Fédération politique constituée des trois États-membres » (Article 5.2). Afin de mettre en oeuvre la CEA, le Traité prévoit plusieurs organes et institutions, parmi lesquels, le Sommet, le Conseil, le Comité de Coordination, les Comités de secteur, la Cour est-africaine de Justice (CJAE), l'Assemblée législative est-africaine et le Secrétariat (Article 9.1). D'autres institutions qui avaient survécu à l'ancienne CEA, comme la Banque est-africaine de développement, le Conseil inter-universitaire est-africain et l'Organisation halieutique du Lac Victoria retrouvent leur place dans le nouveau cadre régional (Article 9.3). Le premier Sommet de la CEA s'est tenu à Arusha le 15 janvier 2001. Il fut suivi par l'inauguration officielle. La cérémonie fut honorée par les Chefs d'État des trois pays-membres : les Présidents Daniel Arap Moi du Kenya, Benjamin Mkapa de Tanzanie et Yoweri Museveni d'Ouganda ainsi que par de très nombreux dignitaires et observateurs, dont les Présidents Pierre Buyoya du Burundi et Paul Kagame du Rwanda. Dans un communiqué commun, les trois chefs d'État ont déclaré que la fondation de la CEA a marqué « une nouvelle étape décisive dans l'engagement du peuple est-africain
Type de document :
Autre publication
No. 2001
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01211379
Contributeur : Beneah Apollo Ogumbo <>
Soumis le : lundi 5 octobre 2015 - 09:11:27
Dernière modification le : vendredi 1 décembre 2017 - 02:56:06
Document(s) archivé(s) le : mercredi 6 janvier 2016 - 10:27:26

Fichier

MAMBO 2002-2003 (4).pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01211379, version 1

Collections

Citation

Morara Henry Ongwenyi. L'inauguration de l'assemblée législative est-africaine: faut-il s'en réjouir?. No. 2001. 〈halshs-01211379〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

67

Téléchargements de fichiers

47