La technopole à l’épreuve du dialogue science société

Abstract : Lorsqu’au tournant des années 1980, les premières technopoles font leur apparition, ce sont principalement les questions relatives à l’aménagement du territoire, au développement local et au rapprochement université-industrie qui occupent les esprits (Benko, 1991). Face à une globalisation de plus en plus exigeante, certaines villes, marquées par une forte imbrication des activités industrielles, technologiques et scientifiques, se présentent en effet comme l’avant-garde d’une économie désormais tournée vers l’exploitation marchande du savoir et la promotion d’innovation technique (Castells et Hall, 1994). Si cette forme d’articulation science-société a longtemps prévalu, elle n’en demeure pas moins l’objet de débats qui, dans les mêmes années, pose la question de la citoyenneté scientifique. Dit autrement, si un système de production d’innovations technologiques peut fonder « une certaine idée de la ville » (Bernardy de Sigoyer et Boisgontier, 1996), permet-il pour autant de mobiliser l’ensemble des acteurs d’une société locale autour d’une culture partagée de son développement futur ? Tel est en tout cas le prisme par lequel nous souhaitons analyser les stratégies et projets métropolitains grenoblois.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01211271
Contributor : Charles Ambrosino <>
Submitted on : Sunday, October 4, 2015 - 3:45:25 PM
Last modification on : Thursday, June 6, 2019 - 2:28:50 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01211271, version 1

Collections

Citation

Charles Ambrosino, Luc Gwiazdzinski. La technopole à l’épreuve du dialogue science société. Gilles Novarina; Natacha Seigneuret. De la technopole à la métropole ? L’exemple de Grenoble, Le Moniteur, 2015, Collection POPSU, 978-2-281-11894-0. ⟨halshs-01211271⟩

Share

Metrics

Record views

365