“C’est ce courage qui m’a été le plus sacré” : Les Macchabées de Houdar de la Motte (1721) : du « sublime de la religion » à la tentation de l’émotion

Christelle Bahier-Porte 1
1 ICL - Institut Claude Longeon
IHPC - Institut d'Histoire de la Pensée Classique
Résumé : Dans le Premier Discours sur la tragédie, Houdar de La Motte fait du sacrifice de la mère et de son fils à leur foi, le cœur de l'action des Macchabées et le fondement de l'émotion suscitée. La tragédie opère un "transfert de sacralité", de la "sublimité du sujet" à la nécessité de toucher le public. La pièce est nourrie des réflexions de La Motte sur la tragédie comme sur le merveilleux, sur l'Opéra et sur le sublime, lors de la seconde Querelle des Anciens et des Modernes.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01181382
Contributor : Ihpc Hal <>
Submitted on : Thursday, July 30, 2015 - 10:01:11 AM
Last modification on : Wednesday, October 31, 2018 - 12:24:22 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01181382, version 1

Citation

Christelle Bahier-Porte. “C’est ce courage qui m’a été le plus sacré” : Les Macchabées de Houdar de la Motte (1721) : du « sublime de la religion » à la tentation de l’émotion. Béatrice Ferrier. Le sacré en question. Bible et mythes sur les scènes du XVIIIe siècle, Classiques Garnier, p.41-57, 2015. ⟨halshs-01181382⟩

Share

Metrics

Record views

133