I. G. Wb, . Kadish, . Eunuchs-in-ancient-egypt-?-», E. B. Dans, A. Hauser-in-honor-of-john et al., Homosexual' desire and Middle Kingdom Literature Ce sens « peur, couardise » ou « honte » s'est maintenu dans le copte, Studies ; M. DEPAUW, « Notes on Transgressing Gender Boundaries in Ancient Egypt, pp.7-11, 1969.

P. Wilson and P. Lexikon, LGG V, 141b-142a, s. v. « 1mty, III Chr. Leitz (dir.), vol.80, pp.10-11

J. P. Allen and . New, Pour le terme s!t(j) qui y désigne le castrat, SETHE, Übersetzung und Kommentar zu den altägyptischen Pyramidentexten V (éd. C.E. Sander- Hansen), Glückstadt Die Ächtung feindlicher Fürsten, Völker und Dinge auf altägyptischen Tongefäßscherben des Mittleren Reiches Ächtungtexte aus dem Alten Reiches (I) Ächtungtexte aus dem Alten Reiches (II) », MDAIK 32, pp.405-61, 1926.

H. Von-deines, W. Westendorf, I. Wörterbuch-der-medizinischen-texte, V. Grundriß, and . Berlin, 3077 : « se rider ce qui a généralement été admis : H. TE VELDE, op. cit., p. 149, n. 12 ; J.-Cl. GOYON, op. cit., p. 351, n. 4-5 qui propose de traduire xm-mAA par « convulsionnaire, rapprocher ce terme de xmAA (Wb III analyse retenue par P. WILSON, Ptolemaic Lexikon, OLA 78 Le sens d'« aveugle » (litt. « qui ignore la vue ») est celui qui convient le mieux comme S. CAUVILLE, Le temple de Dendara. Les chapelles osiriennes III. Index et Chr. Leitz (dir.), LGG V, 733a, s. v. « 2m-mAA, pp.657-727, 1962.

F. Herbin, Le livre de parcourir l'éternité, OLA 58, pp.100-110, 1994.

I. J. Wb and . Zandee, Death as an Enemy according to Ancient Egyptian Conceptions, pp.149-150, 1960.

H. Dans and L. Ii, 1219, s. v. « Hinrichtungsgerät » et e.g. : LdM 149, à propos de la septième butte, on évoque le serpent Rerek, et le défunt proclame : xw=kwi Hsq tp=k in MAfd.t, « je suis protégé car ta (= serpent Rerek) tête a été tranchée par Mafdet !

. Chr and . Leitz, LGG VII, 665c-666b, s. v. « 9sr-tp

H. Gardiner and C. Beatty-gift, The Magical Texts of Papyrus Leiden I 348, J.Fr. BORGHOUTS, vol.3, issue.3, pp.56-73, 1935.

S. H. Aufrere, . T. Dans-la-pensée-Égyptienne-;-p, E. Nicholson, . Peltenburg, ». Egyptian-faience et al., pour son usage en magie), Ancient Egyptian Materials and Technology MEEKS, Mythes et légendes du Delta, pp.521-537, 1991.

. -cl and . Goyon, Confirmation du pouvoir royal au nouvel an, BiEtud 52, et id., WilbMon VII, p.78, 1972.

I. P. Wb, P. Wilson, E. Lexikon, . Edel, and V. Beiträge-zum-Ägyptischen-lexikon, 69 À moins qu'il ne s'agisse de deux termes distincts The Magical Texts of Papyrus Leiden I 348, J.Fr. BORGHOUTS, vol.87, issue.102, pp.435-448, 1975.

P. , L. Archives-du-temple-funéraire-de-néferirkarê-kakaï, R. M. Germer, and . Smith, BiEtud 65 The Coffin of Heqata The Mortuary Texts of Papyrus BM 10507, MEEKS, AnLex 77.0533, 78.0583 et 79.0387 ; H. WILLEMS Die Textilfärberei und die Verwendung gefärbter Textilien im alten Ägypten, ÄgAbh 53, pp.342-65, 1976.

I. Wb, . Ph, L. Derchain, R. L. Papyrus-salt, . S. Vos et al., Rituel pour la conservation de la vie en Égypte The Apis Embalming Ritual (P. Vindob. 3873), OLA 50, n. 246 ; Fr. SERVAJEAN, « Le tissage de l'oeil d'Horus et les trois registres de l'offrande. À propos de la formule 608 des Textes des Sarcophages, Salböl und Leinen: Balsamierungsmaterialien als Medium der Erneuerung im Sedfest, pp.16-18, 1965.

B. Dans and L. Ii, 124-125, s. v. « Farben » ; H. KEES, Farbensymbolik in ägyptischen religiösen Texten, POSENER, « Les signes noirs dans les rubriques Die Farben in ägyptischer Kunst und Sprache, pp.446-464, 1943.

J. Yoyotte and . Héra, Héliopolis et le sacrifice humain », dans AnnEPHE V e section SR Histoire, géographie et religion de l'Égypte ancienne, pp.44-45, 1980.

J. G. Griffiths, « The Symbolism of Red in Egyptian Religion », dans Ex Orbe Religionum : Studia Geo Widengren The Mechanics of Ancient Egyptian Magical Practice, pp.81-90, 1972.

B. Mathieu, L. S. Donnat, and «. L. , enfant chétif d'une femme-séthienne, ou le nouveau-né solaire d'une mère divine ? À propos de Hm.t dSr.t et xprw dans Mutter und Kind (formule V), pp.36-37, 2009.

H. Von and H. Staden, The Art of Medicine in Early Alexandria, pp.11-13, 1989.

. Th and . Bardinet, Les papyrus médicaux de l'Égypte pharaonique, pp.118-120, 1995.

=. Opera and S. , 50-51 et 62) ; id, Apophis et la Montagne Rouge, pp.15-18, 1978.

H. Te and S. Velde, mais celui de Rê (CT VII, 112h-m) ou d', Dieu des pays désertiques, il semble aussi être une divinité sans descendance : si Anubis est souvent qualifié de « fils de Nephthys Seul le sinistre Mâga, déjà plus ou moins identifié à lui, est à l'occasion qualifié de « fils de Seth » : Chr. Leitz (dir.), LGG VI, 95c, s. v. « 4A-4tX ». 82 Supra n. (b), pp.54-56, 1977.

. Chr, . Leitz, . Papyri, . The-new, H. Kingdom et al., Der londoner medizinische Papyrus (Brit. Museum Nr. 10 059) und der Papyrus Hearst in Transkription, avec références aux précédentes éditions et traductions, dont W. WRESZINSKI Übersetzung und Kommentar, Die Medizin der alten Ägypter II Ajouter Th. BARDINET, op. cit., p. 489 et W. WESTENDORF, Handbuch der altägyptischen Medizin, HdO 36, pp.68-155, 1912.

. Chr, . Leitz, . Th, . Bardinet, H. Kolta et al., n. 78 ; D. MEEKS, Mythes et légendes du Delta, p. 148, n. 522. sors sperme (nocif) d'Horus et de 'Celui-qui-est-dans-sa-fureur' ! Sors contre un mort, une morte et ainsi de suite. (Dire) le nom de l'ennemi, le nom de son père, le nom de sa mère. Ô Mafdet, ouvre largement ta gueule contre cet ennemi, un mort, une morte et ainsi de suite. Ne permets pas que je le voie une (seule) fois 87 . Paroles à réciter sur un phallus d'âne en érection (fait en) gâteau-dep, Zur Bedeutung von wxdw, einem zentralen Terminus der altägyptischen Medizin », ZÄS 127 Mettre dans la graisse de viande et donner (à manger) à un chat, pp.68-50, 2000.

. Ici-on, émasculation de Seth et l'action d'un félin, en l'occurrence Mafdet, à qui l'on donne, sous le nom générique de chat (ou chatte), à dévorer un gâteau en forme de phallus d'âne, c'est-à-dire le sexe de Seth 89

. Fr, . Kammerzell, L. Panther, . Sprachentwicklung, and . Neolithikum, Bemerkungen zur Etymologie des ägyptischen Theonyms M$fd.t, zur Bildung einiger Raubtiernamen im Ägyptischen und zu einzelnen Großkatzenbezeichnungen indoeuropäischer Sprachen, LingAeg StudMon 1, LGG III, 235b-234c, s. v. « MAfdt » (avec bibliographie) ; ajouter Th. BARDINET, Dents et mâchoires dans les représentations religieuses et la pratique médicale de l'Égypte ancienne, StudPohl SM 15, pp.72-76, 1990.

. Chr, . Leitz, P. Schlangensprüche-in-den-pyramidentexten-toutefois, D. P. Vernus, J. Vernus et al., le nom Mafdet aurait signifié à l'origine 'lionne-qui-arrache' » (p. 182) note : « (?) les documents d'époque archaïque font connaître une obscure déesse, Mafdet, qui faisait partie de la garde rapprochée du roi et qui sera traditionnellement chargée de pouvoirs apotropaïques. L'animal en qui elle s'incarne, et qui n'est visiblement pas un chat, a été interprété par certains savants comme figurant une panthère ou, plutôt, une genette (de la famille des mustélidés !) La bête nommée 'la mafdet' n'en sera pas moins considérée aux époques tardives comme une manifestation de Bastet. » 92 J. BOESSNECK, Die Tierwelt des Alten Ägypten untersucht anhand kulturgeschichtlischer und zoologischer Quellen, Beck's Archäologische Bibliothek, Münich, 1988, p. 85, fig. 70 The Cat in Ancien Egypt The Mammals of Ancient Egypt Stéphanie Porcier) ; W.E. DE WINTON, « Felis chaus and its Allies, with Descriptions of new Subspecies », The Annals and Magazine of natural history, including zoology, botany, and geology 93 Pour l'agressivité de Mafedt vis-à-vis des serpents Cet aspect du caractère de Mafdet est déjà sensible en Pyr. 295 ( § 438a-b) : sTp MAfd.t ir nHb.t in-di=f wHm=s ir nHb.t Dsr-tp, « Mafdet bondira au cou du (serpent) 'Qui-amèneson-venin' et à nouveau au cou du serpent 'Celui-à-la-tête-dressée' » ; voir Chr sang de chat est utilisé, par un procédé relevant de la dynamoanalogie, dans une formule générale pour soigner de la morsure d'un serpent, quelque soit son espèce : S. SAUNERON, Un traité égyptien d'ophiologie, selon une étymologie plausible Traité de zoologie. Anatomie, systématique, biologie The Mansion of Life and the Master of the King's Largess Rê paraît, son uraeus sur sa tête, contre ce serpent qui sort de la terre et qui est sous les doigts d'Ounas, il tranchera ta tête au moyen de ce couteau qui est dans la patte de Mafdet, qui est. 98 P. MEYRAT, « M#w $% : grand chat ou serval ? », GM 224. 99 M. BROZE, « Le chat, le serpent et l'arbre-ished (Chapitre 17 du Livre des Morts) », in L. Delvaux et E. Warmenbol (éd.), Les chats divins d'Égypte : un air subtil, pp.387-402, 1898.

J. Corteggiani, L. J. Yoyotte, P. Dans, . Vernus-?-j, . Yoyotte et al., Mythes et légendes, p. 222 ; P. MEYRAT, loc. cit. 100 G. PINCH, Votive Offerings to Hathor 190-194 ; Fr. SERVAJEAN, « À propos d'une hirondelle et de quelques chats à Deir al-Médîna, The Cat as Sacred Animal of the Goddess Mut Studies in Egyptian Religion Dedicated to Professor. 102 M. S. H. G. HEERMA VAN VOSS, De oudste versie van dodenboek 17a. Coffin Texts spreuk 335a. 103 H.-W. FISCHER-ELFERT, « Weitere Details zur Göttlichkeit der Natur ? Fragmente eines späthieratischen Lexikons, pp.141-151, 1963.

. Fr, . Servajean, J. Cit, «. E. Yoyotte, and . Brunner-traut, Une monumentale litanie de granit : les Sekhmet d'Aménophis III et la conjuration permanente de la déesse dangereuse 105 H. TE VELDE, loc. cit. ; G. PINCH, op. cit., p. 191 ; M. TOSI ? A. ROCCATI, Stele e altre epigrafi di Deir el medina n. 50001-n. 50262, Catalogo del Museo egizio di Torino I Pour les allusions plus anciennes à ce mythe : G. POSENER, « Les richesses inconnues de la littérature égyptienne (Recherches Littéraires I), 104 Voir notamment la formule 759 des Textes des sarcophages : CT VI Die altägyptischen Scherbenbilder (Bildostraka der deutschen Museen und Sammlungen) XXXIII et fontispice ; A. VON LIEVEN, « Fragments of a Monumental Proto-Myth of the Sun's Eye Actes du IX e congrès international des études démotiques, pp.356-357, 1911.

. Fr, . De, and . Cenival, Le mythe de l'oeil du soleil, DemStud 9, Sommerhausen, Anthologie der demotischen Literatur, pp.195-229, 1988.

. Hr, « Rê paraît, son uraeus sur sa tête, contre ce serpent qui sort de la terre et qui est sous les doigts d'Ounas, il tranchera ta tête au moyen de ce couteau qui est dans la patte de Mafdet, qui est (dans la château-devie ) » ; voir Chr, pp.424-425

B. and «. Le, le serpent et l'arbre-ished (Chapitre 17 du Livre des Morts) », dans L. Delvaux, E. Warmenbol (éd.), Les chats divins d'Égypte : un air subtil, un dangereux parfum, pp.109-115, 1991.

J. Corteggiani, L. J. Yoyotte, D. P. Vernus, J. Yoyotte, and . Bestiaire, butte de la Décollation' à Héliopolis, pp.141-151, 1995.

T. Velde, «. The, and M. S. Heerma-van-voss, Cat as Sacred Animal of the Goddess Mut, Studies in Egyptian Religion Dedicated to Professor Jan Zandee, SHR XLIII, pp.127-137, 1982.

S. H. Heerma, . Van, and . Voss, De oudste versie van dodenboek 17a. Coffin Texts spreuk 335a, p.81, 1963.

J. Yoyotte and . Une-monumentale-litanie-de-granit, Aménophis III et la conjuration permanente de la déesse dangereuse », BSFE 87-88 Voir aussi le papyrus funéraire mythologique conservé à la Bodleian Library d'Oxford que me signale Stéphane Pasquali, sur une vignette duquel un(e) chat(te) est représenté(e) assis(e) sur un édifice dans lequel on a figuré un oeil oudjat. Le chat (ou la chatte), que l'on dit être en lapis-lazuli (mi.t n xsbD), y est clairement identifié(e) au soleil : A.M. BLACKMAN, « The Funerary Papyrus of Nespeher'an, 105 Voir notamment la formule 759 des Textes des Sarcophages : CT VI Égypte, Afrique & Orient 5, pp.356-357, 1918.

T. G. Velde, . M. Pinch, A. Tosi, and . Roccati, Stele e altre epigrafi di Deir el Medina n. 50001-n. 50262, CMT 1, pp.88-89, 1972.

J. , D. Auszug-der-hathor-tefnut-aus-nubien, A. , E. Brunner-traut, and . Scherbenbilder, Pour les allusions plus anciennes à ce mythe : G. POSENER, « Les richesses inconnues de la littérature égyptienne (Recherches Littéraires I) », RdE 6 XXXIII et frontispice ; A. VON LIEVEN, « Fragments of a Monumental Proto-Myth of the Sun's Eye, Bildostraka der deutschen Museen und Sammlungen), vol.147, pp.47-48, 1911.

P. , A. Henrichs, and . Papyri-graecae-magicae, Die griechischen Zauberpapyri I, 2 e éd, pp.30-63, 1973.

P. , A. Henrichs, H. D. Betz-e-Éd, M. S. Chicago, . Heerma et al., The Greek Magical Papyri in Translation Including the Demotic Spells Jérôme Gonzalez me signale aussi une amulette composite très originale, en forme d'oeil oudjat, où un lion couché surmonte trois petits oudjat et un grand oudjat, 18. 112 Voir déjà les remarques de, pp.33-82, 1976.

. Dans and . De-chatte, Bastet peut en effet se révéler un efficace agent de la protection des parturientes et des nouveaux nés, comme l'avait relevé

O. Morales, . Isis, . Osiris, . Chr, C. Froidefond et al., 115 HERODOTE, Enquête II, 66 ; ELIEN, De Natura Animalium VI, 27 : « Chez les chats, le mâle est très porté sur le sexe, tandis que la femelle ne se soucie que de ses petits et évite de s'accoupler avec le mâle parce que la semence émise par celui-ci est brûlante et s'apparente au feu, et qu'elle brûle l'organe génital de la femelle. Conscient des sentiments de la femelle, le chat fait périr les chatons qu'ils ont eus ensemble, et la femelle, pp.234-218, 1970.

H. Dans, L. Vi, . Id, . «-ein-zaubermesser-aus-tübingen-chr, . Leitz et al., ALTENMÜLLER, Die Apotropaia und die Götter Mittelägyptens Heilkunde und Hochkultur I, Geburt, Seuche und Traumdeutung in den antiken Zivilisationen des Mittelmeerraumes, Nilpferdstosszähne und Schlangenstäbe, pp.30-45, 1355.

D. Brunner, . Geburt, and . Gottkönigs, Studien zur Überlieferung eines altägyptischen Mythos, ÄgAbh, vol.10, 1964.

S. Lippert-me-fait-remarquer-que-sur-la-photographie-du-papyrus, un n très lisible suit le s et surmonte le x, lequel, quoiqu'il a été reproduit dans le facsimilé, n'a pas été pris en compte par W. SPIEGELBERG, Der ägyptische Mythus vom Sonnenauge et il ne l'a pas été non plus par les traducteurs ultérieurs, où le mot a également été lu sxt, « Hindernis, p.768, 1917.

. Fr, O. De-cenival, . Cit-fr, J. Hoffmann, . Fr et al., Je remercie Sandra Lippert qui m'a fait bénéficier de sa connaissance intime de ce texte, ce qui a permis de grandement améliorer la traduction donnée ici. Elle a entrepris, avec plusieurs collègues, dans le cadre du projet international Myth of the Sun's Eye Project, pp.22-23