Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Comment analyser la «territorialisation» des débats sur l’énergie ?

Résumé : L’énergie est une question qui engage le futur (par les investissements qu’elle suppose et par l’inertie des systèmes d’infrastructures). Elle est aussi – par nature - une question territoriale dans la mesure où elle s’inscrit dans des territoires qu’elle sert (en termes de services énergétiques) et qu’elle exploite (en termes de ressources naturelles ou spatiales). Ces deux constats expliquent notamment que l’énergie fasse l’objet de multiples débats et controverses. Nul doute que cette tendance devrait s’affirmer et constituer une des dimensions des processus de transition énergétique. Les processus de « territorialisation » de ces débats que l’on observe depuis au moins une quinzaine d’années vont probablement s’accentuer. Comme le souligne le texte de l’appel à communication, cette « territorialisation » des débats nous invite à porter une attention particulière aux processus multiscalaire et expérimentaux qui sont mis en œuvre. On prendra pour exemple et point de départ l’architecture du Débat National sur la transition énergétique organisé par le gouvernement en 2013. En effet, l’architecture de ce débat, son design, reflètent une forme de synthèse des réflexions contemporaines sur les enjeux des débats énergie. Le script proposé est révélateur d’une tentative d’inclure dans un même dispositif un ensemble d’exigences perçues comme nécessaires pour fonder une épreuve légitime. Parmi ces exigences nous en distinguerons deux qui semblent caractéristiques des enjeux du débat contemporain sur l’énergie. La première porte sur l’inclusion d’une dimension territoriale ou autrement dit sur la « territorialisation » des débats. La deuxième, porte sur la nécessaire inclusion « du » public dans le processus aux différents niveaux d’espace public. Ces deux approches mettent en évidence des dynamiques d’ouverture d’espace public à différentes échelles du territoire, du politique et de la science. Pour rendre compte de ces processus, nous proposons d’adopter une perspective topologique (Brugidou, Jobert, 2015). On emprunte cette perspective à la sociologie des sciences et techniques qu’il l’a explicitement développé pour décrire les réseaux formés par les interrelations entre entités sociales, techniques et naturelles (Lury et al., 2012 ; Marres, 2012). L’approche topologique permet selon nous de décrire la distribution des débats aux différents niveaux de gouvernance et de mettre en évidence les enjeux d’articulation posés aux acteurs de la transition.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01176334
Contributor : Mathieu Brugidou <>
Submitted on : Wednesday, July 15, 2015 - 11:46:56 AM
Last modification on : Friday, November 20, 2020 - 11:16:03 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01176334, version 1

Collections

CNRS | PACTE | EDF | UGA

Citation

Arthur Jobert, Mathieu Brugidou. Comment analyser la «territorialisation» des débats sur l’énergie ?. Sciences Sociales et Transition énergétique., Alain Nadaî, Olivier Labussiere, Patrick Criqui, Gilles Debizet,Véronique Strippoli., May 2015, Grenoble, France. ⟨halshs-01176334⟩

Share

Metrics

Record views

255