Pourquoi et comment dresser le portrait sonore d'une "grande ville"? L’exemple d’ESLO2

Résumé : Le projet ESLO2, en écho à l’enquête sociolinguistique réalisée en 1969 (ESLO1), se donne pour objet de dresser un « portrait sonore » de la ville d'Orléans (Baude & Duga, 2011). Il s'agit de constituer un corpus d'enregistrements permettant de saisir les pratiques linguistiques d’une « communauté d’auditeurs » (Encrevé, 1977, Bergounioux et al., 1992). Cet objectif nécessite d’appréhender l’hétérogénéité des pratiques dans leurs diversités sociales et dans leur unité sociogéographique. Cependant la notion de « portrait sonore d’une (grande) ville » pose de nombreuses questions qui supposent un regard réflexif sur les conditions d‘élaboration d’un tel corpus. Les données recueillies révéleront-elles des récurrences, voire une certaine homogénéité dans les pratiques ? Permettront-elles de mettre en évidence des traits caractéristiques de l'espace délimité en amont : l'agglomération orléanaise ? Dans l'état actuel du corpus, et des premières phases de collecte, il apparaît difficile de répondre radicalement à ces questions. Orléans, est, comme toutes les grandes villes, un lieu où circulent et se croisent des individus d’origine diverses. Les pratiques langagières sont de fait influencées par des langues et des formes de langues observables en dehors de la ville (Calvet, 1994). Par ailleurs, les médias, les nouvelles technologies de l'information, sont autant de moyens de diffusion de faits de langue émergeant au-delà du territoire considéré. Néanmoins, le projet ne perd pas sa pertinence. Il n'est pas vain de poser l'hypothèse de traits caractéristiques de l'usage des locuteurs habitant à Orléans et son agglomération. Elle est soutenable à la condition de penser l'espace avant tout comme déterminé par les activités qui s'y tiennent et par les représentations individuelles et collectives des habitants. Autrement dit, on cherche à mettre en lumière un espace relativement à une « communauté d’auditeurs » en tant qu’elle se constitue d’un ensemble de « communautés de pratiques » (Eckert & Mc Connell-Ginet, 1992, pour une définition de base). Cette conception de la ville a conduit à penser l’architecture du corpus ESLO2 à partir d’un ensemble de modules, soit un certain nombre de situations de communication s'établissant dans le cadre d'activités identifiées : "commerce", "école", "repas"... qui relèvent à la fois de pratiques sociales situées dans un cadre communicationnel et de pratiques urbaines ordinaires. Chaque module est pensé en tant qu’il s’inscrit dans un cadre global, généralisable à l’ensemble de la communauté française, tout en considérant que les données illustrent des spécificités locales (pour l’articulation global/local, voir Guerin, 2011). Dès lors, ce qui est repérable dans le corpus se singularise nécessairement : si les traits relevés sont appréhendables en d'autres lieux, l'interprétation repose sur leur mise en relation avec l'environnement propre à la ville dans laquelle s'établissent les échanges. Il se peut que la forme des discours ne se distingue pas apparemment, mais les référents sont de fait particuliers. La notion de "quartier", par exemple, ne peut couvrir une même réalité que l'on s'intéresse à Orleans, Paris ou Toulouse. Cette communication se propose ainsi d’interroger les principes sur lesquels repose la constitution du corpus. En quoi, bien que conscients de la perméabilité des frontières d'une grande ville, il peut être pertinent de tenter une relative représentativité des usages. Le propos se situera à l'articulation de considérations théoriques et de choix méthodologiques.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01165945
Contributor : Olivier Baude <>
Submitted on : Saturday, June 20, 2015 - 11:52:04 PM
Last modification on : Wednesday, July 4, 2018 - 11:14:05 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01165945, version 1

Collections

Citation

Olivier Baude, Emmanuelle Guerin. Pourquoi et comment dresser le portrait sonore d'une "grande ville"? L’exemple d’ESLO2. Les métropoles francophones en temps de globalisation, Jun 2014, Nanterre, France. ⟨halshs-01165945⟩

Share

Metrics

Record views

349