Les Tibériades

Résumé : En matière fluviale, le recours aux hommes de l’art à la fin du Moyen Âge marque le début d’une intervention croissante des experts et la prise en considération d’un mode rationnel de partage devant les cours de la justice, notamment à partir du XVIe siècle. Sur la Scarpe, par exemple, entre Arras et Douai, certaines cartes confectionnées par les « ingeniaires » sont présentées dans le cadre de procès pour déterminer les droits respectifs de chaque riverain. Elles sont parfois appelées « Tyberiades » et font écho au travail de Bartole dans le De Fluminibus. Reprenant la méthode et le titre choisi par le maître bolonais, les techniciens et maîtres privés, qui ont été requis par les autorités pour les visites de rivières ordonnées par le roi, les seigneuries laïques et ecclésiastiques, commencent à conduire, cartes à l’appui, de véritables expertises sur les cours d’eau. Ces documents pratiques ont pu être rassemblés et évoqués sous le nom de « Tybériades », que l’on retrouve à plusieurs reprises dans diverses archives judiciaires, notamment au Parlement de Dijon. La « tybériade » (ou « tibériade ») consiste en une figure ou une description dont on se sert dans les procès pour représenter la situation des lieux contentieux. L’objectif de cette étude consiste à déterminer en quoi la diffusion de ce type de plans a pu influencer voire sérialiser les modes de résolution du contentieux.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01160801
Contributor : Alice Brébion <>
Submitted on : Monday, June 8, 2015 - 9:15:04 AM
Last modification on : Wednesday, June 27, 2018 - 4:00:05 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01160801, version 1

Citation

Frantz Mynard. Les Tibériades. XXXIVes Journées d’histoire du droit "Énoncer le droit Représenter le droit", Jun 2015, Limoges, France. ⟨halshs-01160801⟩

Share

Metrics

Record views

175