La cathédrale de Rouen dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier

Résumé : Le 16 janvier 1852, Flaubert explique à sa maîtresse Louise Colet qu’il a « toujours au fond de [lui] comme l’arrière-saveur des mélancolies moyen-âge de [son] pays. Ça sent le brouillard, la peste rapportée d’Orient, et ça tombe de côté avec ses ciselures, ses vitraux et ses pignons de plomb, comme les vieilles maisons de Rouen » . Le Rouen médiéval qui hante le romancier se caractérise par des « ciselures », des « vitraux », et le « plomb » qui en permet l’assemblage, trois éléments qui appartiennent aussi en propre à la cathédrale Notre-Dame. Néanmoins, celle-ci n’est pas nommée. Son ombre seule se laisse deviner à travers le brouillard que « sent » Flaubert . Ce jeu sur la présence et l’absence de la cathédrale, et en particulier de l’un de ses éléments caractéristiques, un vitrail du XIIIe siècle qui se trouve dans son déambulatoire et qui représente la vie de saint Julien l’Hospitalier, peut servir de guide pour une lecture de La Légende de saint Julien l’Hospitalier, le premier des Trois contes, que Flaubert rédigea entre septembre 1875 et février 1876.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01148829
Contributor : Stéphanie Dord-Crouslé <>
Submitted on : Tuesday, February 23, 2016 - 1:05:35 PM
Last modification on : Thursday, February 7, 2019 - 2:31:12 PM
Long-term archiving on : Saturday, November 12, 2016 - 11:50:09 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01148829, version 1

Citation

Stéphanie Dord-Crouslé. La cathédrale de Rouen dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier. Bulletin Flaubert-Maupassant, Les amis de Flaubert et de Maupassant, 2015, pp.175-188. ⟨halshs-01148829⟩

Share

Metrics

Record views

517

Files downloads

1281