Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Discours officiel et politiques du religieux en Jordanie, 1970-2013

Résumé : Depuis la fin des années 1970, le roi Hussein puis son fils Abdallah II développèrent un discours officiel sur le religieux. Dans un contexte de construction de l’identité nationale, l’affirmation d’un islam jordanien présenté comme ouvert et moderne devait permettre de distinguer la Jordanie de ses pays voisins, en particulier l’Arabie saoudite. La gestion des affaires religieuses fut alors confiée aux princes Hassan b. Talal puis Ghazi b. Muhammad qui investirent ce champ en s’appuyant sur des universités et des fondations scientifiques. Dans un premier temps, après le concile Vatican II qui se tint entre 1962 et 1965, la Jordanie s’impliqua pleinement dans la promotion du dialogue interreligieux et chercha à se présenter comme un partenaire diplomatique privilégié des pays occidentaux. Par ailleurs, tandis que les mouvements liés à l’islam politique s’implantaient au Moyen-Orient, les dirigeants jordaniens diffusèrent le message d’Amman en 2004, qui connut un certain écho à l’échelle internationale. Ce texte appelait à la pratique d’un islam tolérant et pacifiste. En parallèle de rencontres œcuméniques, les autorités jordaniennes initièrent des conférences auxquelles participèrent des représentants des différentes branches et écoles juridiques de l’islam afin d’encourager le dialogue intra-religieux. Les politiques du religieux de la famille hachémite s’accompagnèrent de la production d’un double discours sur l’appartenance de la Jordanie à la Terre sainte chrétienne et musulmane et l’affirmation de la centralité du territoire national au sein de l’histoire de ces deux religions. La production d’un discours d’État sur le religieux se traduit par des politiques patrimoniales à l’égard des lieux saints et des lieux de culte sur l’ensemble du territoire national. Depuis la fin des années 1980, par l’intermédiaire du ministère des waqf-s et du ministère du tourisme et des antiquités, s’est développée une entreprise de grande ampleur de rénovation ou de reconstruction du patrimoine chrétien et musulman en Jordanie. Celle-ci a pour fonction d’illustrer le discours sur le religieux produit par la famille royale. Les sites rénovés permettent d’illustrer la modernité de l’islam jordanien et de présenter le pays comme le territoire historique des bonnes relations entre chrétiens et musulmans. Par ailleurs, le rôle touristique de ces sites, qui a fait l’objet d’une importante publicité de la part des instances officielles, leurs confère une fonction représentative centrale à l’échelle régionale et internationale. Cette présentation retracera les modes d’affirmation d’un monopole d’État sur le discours religieux en Jordanie, à partir des années 1970. Ce processus s’est accompagné de la mise en place de politiques publiques patrimoniales et architecturales permettant d’illustrer, de véhiculer et d’incarner le discours officiel relatif à la spécificité de l’islam jordanien.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01146052
Contributor : Norig Neveu <>
Submitted on : Monday, April 27, 2015 - 3:43:34 PM
Last modification on : Thursday, January 11, 2018 - 6:22:20 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01146052, version 1

Collections

Citation

Norig Neveu. Discours officiel et politiques du religieux en Jordanie, 1970-2013. "Peut-on parler de politiques publiques religieuses en Europe et dans le bassin méditerranéen ?", Science Po, Apr 2014, Aix-en-Provence, France. ⟨halshs-01146052⟩

Share

Metrics

Record views

98