Auguste Tolbecque et Eugène de Bricqueville : deux organographes collectionneurs d’instruments anciens

Abstract : Auguste Tolbecque (1830-1919), à la fois violoncelliste professionnel, violiste assidu dans les années 1880 et luthier, collectionna dès les années 1860. Il vendit sa première collection d'instruments anciens au Conservatoire de Bruxelles en 1879. Mais il continua à rassembler plusieurs centaines de spécimens jusqu'à sa mort. Dans sa romantique demeure de Fort-Foucault, près de Niort, où il s'était installé dès 1858, il exposa ses collections dans une scénographie grandiloquente jamais surpassée. Tolbecque fut aussi historien de la lutherie (il rédigea son fameux Art du luthier paru en 1903), et il rassembla une abondante documentation iconographique afin de réaliser des reconstitutions et des répliques de toutes époques dans un esprit d'archéologie expérimentale. Il se flattait en effet de les jouer et faire jouer, ce que confirme une correspondance inédite conservée au musée de la Musique concernant les trente deux instruments réalisés pour l'Exposition de la musique et de la danse présentée au Trocadéro en 1896. Eugène de Bricqueville (1854-1933) propose une autre forme d'érudition. Organiste, historien de l'opéra, il est l’auteur régulier d'articles historiques sur les instruments, notamment dans les colonnes du Ménestrel, à partir de 1889. En 1898 et 1899, il se consacre presque exclusivement à son instrument favori, l'orgue, rédigeant de courts articles sur Haendel, sur l'orgue français au XVIIIe siècle et sur certains aspects de sa technique. Il composa sa collection entre 1887 et 1895 dans un esprit témoignant de la profondeur de ses connaissances historiques, comme l’attestent les trois catalogues publiés par ses soins. Pendant ces années, Bricqueville noue des contacts fréquents avec les principaux spécialistes de l'histoire des instruments, entretient par exemple une abondante correspondance avec Victor Mahillon à partir de 1891 et acquiert une notoriété de collectionneur comme d'érudit. Tout ceci concourt à le faire désigner comme membre du jury et rapporteur de la Classe 17 (Instruments de musique) à l'Exposition Universelle de 1900. En 1904, il crée l’ensemble musical La Couperin afin de rendre ses collections à leur vocation première. Ces deux amateurs praticiens et érudits ont profondément changé l'esprit de collection en cette fin de siècle. Alors que leurs écrits constituent une étape importante de l’historiographie dans le domaine des études organologiques, ils ont tracé le chemin aux grands ensembles patrimoniaux privés du XXe siècle, tandis que leurs collections se retrouvent dans d’importantes collections publiques.
Type de document :
Communication dans un congrès
Denis herlin, Catherine Massip, Valérie De Wispelaere. Collectionner la musique. Érudits collectionneurs, Nov 2013, Royaumont, France. Brepols, Collectionner la musique : érudits collectionneurs, 3, pp.422-460, 2015, Collectionner la musique : érudits collectionneurs
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01140258
Contributeur : Florence Gétreau <>
Soumis le : mercredi 8 avril 2015 - 11:08:15
Dernière modification le : vendredi 16 novembre 2018 - 02:07:17

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01140258, version 1

Citation

Florence Gétreau, Alban Framboisier. Auguste Tolbecque et Eugène de Bricqueville : deux organographes collectionneurs d’instruments anciens. Denis herlin, Catherine Massip, Valérie De Wispelaere. Collectionner la musique. Érudits collectionneurs, Nov 2013, Royaumont, France. Brepols, Collectionner la musique : érudits collectionneurs, 3, pp.422-460, 2015, Collectionner la musique : érudits collectionneurs. 〈halshs-01140258〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

452