Le renouvellement des pratiques territoriales a travers la fonction alimentaire. Leçons a partir du cas « Saveurs du Coin » et du projet Confluent 1

Résumé : Les politiques alimentaires représentent un enjeu politique fondamental pour les sociétés, dictant parfois des orientations d'aménagement urbain dans le but de garantir la sécurité alimentaire pour un territoire donné. Les politiques d'aménagement se sont longtemps détournées du système alimentaire, laissant la définition de sa stratégie et de son organisation aux acteurs privés. Ajouté à cette évolution des échelles de décision, un changement de périmètre d'action s'est opéré depuis la moitié du 20 ème siècle et la gouvernance nationale du système alimentaire a été supplantée par une gouvernance supranationale (Rastoin, 2007). Déterritorialisé, l'approvisionnement alimentaire des villes est aujourd'hui caractérisé par une déconnection entre lieux de production et de consommation ainsi que par son intemporalité (production hors-saison, consommation de produits exotiques). Différents mouvements, notamment menés par des acteurs territoriaux, réinterrogent le rapport au système alimentaire mondialisé (Deverre et Lamine, 2010). Dans un contexte où le système économique prend un « tournant territorial » (Pecqueur, 2005), des alternatives émergent, hybridant réalités et logiques d'action. Malgré l'imprécision de la frontière entre ces systèmes alimentaires alternatifs et dominants (Morgan, 2008), l'étude de différentes initiatives innovantes en termes de coordination d'acteurs vise à comprendre la façon dont le lien territorial participe à la construction d'une dynamique entre acteurs économiques et territoriaux. La divergence des logiques incite à une réorganisation des pratiques actuelles si l'on souhaite mettre en oeuvre une dynamique répondant aux enjeux de soutenabilité. Notre hypothèse est de penser que l'émergence de nouvelles coordinations va de pair avec un accroissement de la connaissance du fonctionnement du territoire et d'échanges entre l'ensemble des individus. C'est en lien avec cette hypothèse que nous considérons intéressant de rapprocher un travail d'analyse des jeux d'acteurs impliqués par ces réorganisations avec l'analyse des changements obtenus en termes de métabolisme territorial. Pour ce faire, l'article se fonde sur un cas d'étude, ayant donné lieu à des entretiens, afin de mettre en évidence l'intérêt d'un projet de réappropriation territoriale de la question alimentaire, mais également les limites que ce type de projet peut avoir, s'il n'est pas
Complete list of metadatas

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01114763
Contributor : Nicolas Buclet <>
Submitted on : Monday, February 9, 2015 - 10:03:33 PM
Last modification on : Monday, September 16, 2019 - 4:35:45 PM
Long-term archiving on : Saturday, September 12, 2015 - 10:17:53 AM

File

Buclet et Debuisson EIT-Saveur...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01114763, version 1

Collections

PACTE | UGA | HETIC | UTT

Citation

Nicolas Buclet, Marion Debuisson. Le renouvellement des pratiques territoriales a travers la fonction alimentaire. Leçons a partir du cas « Saveurs du Coin » et du projet Confluent 1. G. Junqua; S. Brullot. Ecologie industrielle et territoriale: COLEIT 2012, Presses des Mines, 2015, 978-2-35671-138-0. ⟨halshs-01114763⟩

Share

Metrics

Record views

449

Files downloads

252