Relecture de la frontière à travers les activités quotidiennes. Le cas des travailleurs frontaliers de la région métropolitaine luxembourgeoise

Résumé : La frontière, source d'innovation. Vie et pratique de la frontière S51. Mobilités transfrontalières et pratiques de consommation innovantes S56. Intérieur – Extérieur S57. Traverser la frontière Relecture de la frontière à travers les activités quotidiennes. Le cas des travailleurs frontaliers de la région métropolitaine luxembourgeoise. Guillaume DREVON, Doctorant, CEPS/INSTEAD, UMR PACTE 5194, 3, avenue de la Fonte, L-4364 Esch-sur-Alzette, Luxembourg, guillaume.drevon@ceps.lu 1. Contexte: La construction de l'Union Européenne (UE) a contribué à la « défonctionnalisation des frontières » (Raffestin, 1974) au sein de l'espace Schengen. Cette dévaluation (Foucher, 1991) correspond au processus de « Debordering » des frontières (Lotard, Brock, 1996). Si les contrôles aux frontières disparaissent et facilitent la mobilité spatiale des populations, des différentiels importants subsistent au niveau socioéconomique (Grasland et Hamez, 2005). Le cas de la Grande Région est à ce titre emblématique. Dans cet espace transnational (Lorraine, Wallonie, Sarre, Rhénanie-Palatinat et Grand-Duché de Luxembourg) organisé autour du pôle économique luxembourgeois, l'importance des flux domicile-travail transfrontaliers -soit plus de 160 000 travailleurs (STATEC, 2014)-semble témoigner d'une intégration fonctionnelle (Sohn, Walther, 2009) et d'une disparition progressive d'un « effet frontière » sur la mobilité quotidienne des frontaliers du Luxembourg. Pourtant, les analyses menées à partir de l'Enquête Mobilité des Frontaliers (Schmitz et al., 2012), et des recherches récentes sur l'intégration spatiale des frontaliers au Luxembourg ont révélé la prégnance d'un ancrage résidentiel (Carpentier, 2007) important chez ces actifs. En effet, les frontaliers présentent des profils spatiaux plutôt « domocentrés », et privilégient leur pays de résidence et la proximité du domicile pour réaliser leurs activités routinières de loisirs, de consommation et de visite (Drevon et al, 2013). Ces résultats montrent la persistance d'un effet frontière dans le choix des lieux et des durées d'activités hors temps de travail et temps de présence au domicile. Ces premiers résultats au niveau de la Grande Région remettent partiellement en cause l'hypothèse d'un « espace métropolitain transfrontalier intégré » et permettent de compléter les travaux menés au sujet de l'intégration fonctionnelle transfrontalière en tenant compte des espaces d'activités des frontaliers.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

Cited literature [4 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01111262
Contributor : Guillaume Drevon <>
Submitted on : Friday, January 30, 2015 - 12:51:46 AM
Last modification on : Tuesday, March 13, 2018 - 4:40:05 PM
Long-term archiving on : Saturday, April 15, 2017 - 11:55:50 PM

File

Relecture de la frontière à ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01111262, version 1

Collections

Citation

Guillaume Drevon, Luc Gwiazdzinski, Philippe Gerber, Olivier Klein. Relecture de la frontière à travers les activités quotidiennes. Le cas des travailleurs frontaliers de la région métropolitaine luxembourgeoise. BRIT Border Regions in Transition, Nov 2014, Mons, Belgique. ⟨halshs-01111262⟩

Share

Metrics

Record views

223

Files downloads

169