Une nouvelle perspective pour la projection à long terme des comportements d'équipement et de motorisation

Résumé : Dans les années 1950, de nombreux modèles de projection du parc automobile se fondaient sur l'hypothèse d'un taux de croissance limite de l'équipement, égal à une voiture par ménage. L'essor de la seconde voiture, corollaire de la généralisation du travail des femmes, de l'étalement urbain et de la spécialisation de l'usage des véhicules, est venu bousculer ce pronostic et remettre en cause l'existence même d'un seuil de saturation. Il serait sans doute plus juste de poser le problème autrement: s'il semble légitime de parler de saturation pour caractériser le ralentissement inéluctable de la progression du pourcentage de ménages motorisés, il est en revanche plus hasardeux de fixer a priori une limite à l'augmentation du taux de motorisation individuel, en raison du développement du multi-équipement. Le premier enjeu des modèles de projection à long terme du parc automobile se pose donc en termes d'endogénéisation du processus de diffusion de la voiture particulière. Par ailleurs, il est paradoxal de constater que dans certains pays, comme la Suède, le taux de motorisation augmente y compris en période de récession du pouvoir d'achat. La croissance régulière du parc automobile semble relativement détachée des aléas qui affectent la demande de véhicules neufs. Par exemple, l'effondrement du marché automobile en France en 1991 n'a pas entraîné de diminution du volume global de voitures particulières, mais un vieillissement du parc : les reports d'achats ont été compensés par la baisse du taux de véhicules mis au rebut. Doit-on pour autant négliger l'impact du revenu et des prix sur l'évolution du taux de motorisation ? Ce serait nier que la diffusion rapide de la voiture particulière en Europe ait été portée par l'élévation tendancielle des niveaux de vie au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Ce serait également privilégier la description dynamique des phénomènes au détriment de leur explication économique, et renoncer à l'objectif de simulation des modèles. L'évaluation des effets de long terme du revenu et des prix, dans un contexte marqué par un changement important des préférences à l'égard de l'automobile, reste donc une priorité. Le modèle démographique de projection à long terme que nous présentons dans cet article s'efforce de répondre à ces deux enjeux. Il repose sur une méthode empruntée à la démographie, l'analyse longitudinale, ou suivi du comportement de générations successives au cours de leur cycle de vie. Après avoir démontré dans la première section l'intérêt de cette nouvelle approche, nous détaillons dans une deuxième section les principes de formalisation du nouveau modèle. Enfin, dans la dernière section, nous commentons les principaux résultats obtenus pour la projection des taux d'équipement, de motorisation individuelle et du parc automobile à disposition des ménages en France à l'horizon 2020.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01109425
Contributor : Caroline Gallez <>
Submitted on : Wednesday, January 28, 2015 - 12:41:04 PM
Last modification on : Sunday, December 3, 2017 - 8:16:02 PM
Long-term archiving on : Friday, September 11, 2015 - 9:16:38 AM

File

Gallez-RTS-1995.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01109425, version 1

Collections

Citation

Caroline Gallez. Une nouvelle perspective pour la projection à long terme des comportements d'équipement et de motorisation. Recherche Transports Sécurité, NecPlus, 1995, 48, pp.3-14. ⟨halshs-01109425⟩

Share

Metrics

Record views

588

Files downloads

236