« La guerre et la réflexion sur l'événement dans U.S.A., Les Somnambules et A la Recherche du temps perdu »

Vincent Ferre 1
1 Fabula
LIS - Lettres, Idées, Savoir
Abstract : La Première Guerre comme événement, dans ses rapports avec la littérature romanesque, a fait l’objet de nombreuses études : selon la formule de Pierre Campion, les deux Guerres mondiales sont des « lieu[x] commun[s] des écritures », au même titre que la guerre d’Espagne . Cependant, les trois œuvres de Marcel Proust (A la recherche du temps perdu, 1913-1927), d’Hermann Broch (Les Somnambules [Die Schlafwandler], 1931-1932) et de John Dos Passos (U.S.A. [U.S.A.], 1930-1938) non seulement présentent l’évocation d’un événement historique majeur (la guerre), dont il conviendra d’étudier les modalités (paradoxales) de représentation, mais possèdent comme particularité d’interroger l’événement en général... Dans le Temps Retrouvé, la guerre apparaît comme un événement pouvant servir de paradigme à tous les événements du récit, comme semble l’indiquer ce jugement du Narrateur, qui présente la guerre comme un sujet romanesque, valant pour tous les sujets romanesques : pour lui, la guerre « est humaine, [elle] se vit comme un amour ou comme une haine, pourrait être racontée comme un roman […] » . En particulier en raison de l’ignorance que l’adversaire possède de notre stratégie, comme nous de la femme aimée, et le militaire de sa propre stratégie avant que « l’événement » lui-même ne révèle les intentions cachées . Ce rapprochement est corroboré par Saint-Loup, invitant le Narrateur, s’il souhaite « interpréter les événements de cette guerre », à adopter la même attitude qu’un lecteur, en gardant à l’esprit qu’« un général est comme un écrivain » projetant d’écrire un ouvrage, mais que ce dernier surprend, en « [faisant] dévier extrêmement du plan préconçu » . La conséquence esthétique s’impose, dans une formule célèbre : pour rendre compte de la guerre, « encore faudrait-il la peindre comme Elstir peignait la mer, par l’autre sens, et partir des illusions, des croyances qu’on rectifie peu à peu, comme Dostoïevski raconterait une vie. » Cette esthétique, comparée à la peinture et à la littérature, c’est bien entendu celle qu’applique Le Temps retrouvé à la guerre, la Recherche (mais également Les Somnambules et USA) à tout événement, les erreurs, les illusions étant présentées les premières, avant d’être démenties.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
in E. Boisset, Ph. Corno (éd.), Que m'arrive-t-il ? Littérature et événement [Actes du colloque d.. 2004
Liste complète des métadonnées


https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01078780
Contributeur : Vincent Ferré <>
Soumis le : jeudi 30 octobre 2014 - 11:31:57
Dernière modification le : mercredi 27 janvier 2016 - 17:37:30
Document(s) archivé(s) le : lundi 2 février 2015 - 15:57:11

Fichier

Evenement guerre mondiale Prou...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01078780, version 1

Collections

Citation

Vincent Ferre. « La guerre et la réflexion sur l'événement dans U.S.A., Les Somnambules et A la Recherche du temps perdu ». in E. Boisset, Ph. Corno (éd.), Que m'arrive-t-il ? Littérature et événement [Actes du colloque d.. 2004. <halshs-01078780>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

99

Téléchargements du document

95