Étude inter-langues sur la production des voyelles focales et des voyelles moyennes du français en français langue étrangère (FLE)

Résumé : Il a été montré que les difficultés rencontrées dans la perception et la production d'une langue étrangère (LE) ou seconde (L2) peuvent être liées aux similarités et aux dissimilarités entre le système de la L2 et celui de leur langue première (L1) (Flege, 1987 ; Best, 1995 ; Kuhl, 2000, entre autres). De nombreux chercheurs font la différence entre les sons nouveaux, similaires et identiques. Afin de déterminer la nature du son de L2 par rapport au son de L1 le plus proche, il est possible de s'appuyer sur trois critères : la similarité entre les symboles API, la similarité/dissimilarité acoustique, et la similarité/dissimilarité perceptive (Rochet, 1995). Selon le Speech Learning Model (SLM, Flege, 1995), les sons identiques ne sont pas problématiques. En revanche, les sons nouveaux et similaires peuvent être à l'origine de l'accent étranger. Alors que les sons nouveaux peuvent être acquis authentiquement, après plusieurs années d'apprentissage, il est peu probable de produire et percevoir les sons similaires comme les locuteurs natifs (Flege 1987). Afin de vérifier les prédictions du modèle SLM, nous avons comparé la production des voyelles focales /i y u o ɔ/ et des voyelles moyennes /e ɛ o ɔ ø oe/ du français entre 40 locutrices natives du français parisien (FR) et 31 apprenantes de niveau intermédiaire-avancé. Les apprenantes sont 10 Tchèques (TC), 8 Bosniaques (BS), 9 Shanghaïennes (SH) et 4 Japonaises (JP). Les voyelles cibles ont été insérées dans une phrase cadre du type : « bébé, il a dit <é> comme dans bébé » (corpus PhoDiFle, Landron et al., 2011), et chaque phrase a été répétée 4 fois. Les L1 des apprenantes possèdent des inventaires vocaliques différents : un inventaire réduit à cinq voyelles orales (/i e u o a/) pour le bosniaque et le japonais (le /u/ du japonais est réalisé comme moins arrondi et plus antérieur que le /u/ français), 10 voyelles monophtongues orales avec opposition de durée (/a e i o u aː eː iː oː uː/) en tchèque, et 9 voyelles orales (/i e y ø u o ɔ a ɤ/) en shanghaïen avec deux séries de voyelles antérieures comme en français. Selon le premier critère de Rochet (1995) se basant sur les symboles de l'API, /i e u o a/ du français représentent des voyelles identiques ou similaires pour les 4 groupes d'apprenants. Les symboles /ɔ ɛ/ sont parfois utilisés pour remplacer /o e/ dans les langues à 3 degrés d'aperture et peuvent par conséquent être considérés comme correspondant aux voyelles similaires. Les voyelles antérieures arrondies /y ø œ/ constituent des voyelles nouvelles pour les apprenantes tchèques, japonais et bosniaque alors que /y ø/ sont identiques ou similaires pour les Shanghaïennes. Les études acoustique et perceptive sur les L1 des apprenantes, non effectuées à ce jour, pourront confirmer ou infirmer notre classification de ces sons.
Document type :
Conference papers
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01075973
Contributor : Takeki Kamiyama <>
Submitted on : Monday, October 20, 2014 - 5:22:52 PM
Last modification on : Tuesday, May 22, 2018 - 8:40:06 PM
Document(s) archivé(s) le : Wednesday, January 21, 2015 - 11:20:18 AM

File

Gao_et_al_2013_PPLC.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01075973, version 1

Collections

Citation

Jiayin Gao, Laurianne Georgeton, Takeki Kamiyama, Nikola Paillereau. Étude inter-langues sur la production des voyelles focales et des voyelles moyennes du français en français langue étrangère (FLE). PPLC13: Phonetics, phonology and Language Contact, Aug 2013, Paris, France. 〈halshs-01075973〉

Share

Metrics

Record views

200

Files downloads

148