La rigidité comme paradigme socio-politique

Résumé : Dans un monde où les rigidités de marché créent du rationnement, les réseaux sociaux jouent un rôle important dans l'accès aux ressources. Il en résulte un investissement excessif des agents privés dans ces réseaux. Cet investissement excessif peut alors accroître le soutien politique en faveur des politiques rigides; si les individus sont plus ou moins "populaires" et ont plus ou moins de talent pour accroître la taille de leur réseau social, le fait de se trouver dans une société rigide peut donner naissance à un groupe social qui grâce à ses relations privilégiées profite de la rigidité, alors même que celle-ci lui serait néfaste si la société était originellement flexible. Il s'agit en quelque sorte d'une "classe moyenne inférieure" sur le plan économique, mais "supérieure" sur le plan sociologique. On a montré que si ce groupe d.intérêt est suffisamment nombreux, alors une société rigide s'auto-entretient, mais il en va de même pour une société flexible; en d'autres termes il existe des équilibres multiples.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
PSE Working Papers n°2014-20. 2014
Liste complète des métadonnées


https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01006772
Contributeur : Caroline Bauer <>
Soumis le : jeudi 26 juin 2014 - 11:51:19
Dernière modification le : jeudi 16 février 2017 - 10:20:08
Document(s) archivé(s) le : vendredi 26 septembre 2014 - 10:40:13

Fichier

wp201420.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01006772, version 1

Collections

Citation

Gilles Saint-Paul. La rigidité comme paradigme socio-politique. PSE Working Papers n°2014-20. 2014. <halshs-01006772>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

659

Téléchargements du document

384