Anticipation, récapitulation, syncope. Pour une lecture non linéaire du temps dans les inscriptions médiévales (XIe-XIIe siècles)

Résumé : Attribuer aux inscriptions médiévales une fonction mémorielle systématique, voire exclusive, place ainsi le recours à l'écriture épigraphique dans une relation linéaire au temps ; chargée de porter la connaissance d'un fait ou d'un personnage au-delà des limites de la mémoire humaine, l'inscription ne peut dès lors avoir de sens que dans la commémoration, qui suppose à la fois une antériorité (celle de l'élément célébré) et une actualité (celle de la performance). On ne peut guère lui prêter, dans ce cas, un rôle quelconque dans l'anticipation, notamment dans le domaine artistique, et on néglige encore la capacité de l'inscription à fournir, comme les autres formes de l'écriture médiévale, une récapitulation ou une lise en ordre graphique du temps dans un objet monumental. Ce sont ces deux pistes que cet article explorera afin de déterminer en quoi l'écriture épigraphique entretient un rapport complexe au temps, entre programmation, réactualisation et mise en rythme.
Type de document :
Article dans une revue
Revue d'Auvergne, ISSN : 0035-1008, 2013, pp.383-401
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00987191
Contributeur : Vanessa Ernst-Maillet <>
Soumis le : lundi 5 mai 2014 - 16:05:17
Dernière modification le : lundi 12 septembre 2016 - 11:30:05

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00987191, version 1

Collections

Citation

Vincent Debiais. Anticipation, récapitulation, syncope. Pour une lecture non linéaire du temps dans les inscriptions médiévales (XIe-XIIe siècles). Revue d'Auvergne, ISSN : 0035-1008, 2013, pp.383-401. <halshs-00987191>

Partager

Métriques

Consultations de la notice

104