Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Incorporer le sens de l'oeuvre. Le cas du « Labo » de la maison du conte

Résumé : Ma contribution introduit un écart par rapport à l'intitulé de ces journées d'étude puisque je ne m'intéresse pas à la musique mais à un autre art, le conte. Je serai donc amenée à prendre une certaine distance avec l'expérience musicale stricto sensu. Et c'est pour assumer sans trop de dommages ce décalage que je voudrais commencer par établir une proximité à la fois théorique et pratique entre le conte et la musique. Voyons d'abord la proximité théorique. Comme la musique, le conte est plutôt l'objet d'études interprétatives qu'elles soient ethno-anthropologiques, sémiologiques, littéraires, psychologiques ou psychanalytiques. Appréhendé comme un texte écrit, le conte est ramené à un « objet sémiotique » et « s'offre [ainsi] à une exploration de sa structure et de ses caractéristiques, de son sens, de sa cohérence, de sa pertinence, de son efficience, de sa portée, etc. ». Il est « arraché au « champ phénoménal » » par des savoirs savants qui occultent sa dimension « organisationnelle 1 » ou ne savent que faire de ces enchaînements de gestes ou de ces techniques corporelles qui organisent de l'intérieur les apparitions du conte (Quéré, 1994). Les limites de cette occultation apparaissent pleinement à partir du moment où les anthropologues « revenus des tropiques » (Latour, 1997) doivent composer ici avec les conteurs du « renouveau du conte 2 », et ce pour deux raisons. D'une part, les théoriciens savants n'ont plus le monopole en matière de production d'interprétations. Les ethno-anthropologues partagent avec les conteurs d'ici « la raison graphique » (Goody, 1979). Et ceux-ci mobilisent les savoirs savants comme autant de ressources au service de leur art : l'organisation des contes en catalogues et en répertoires rend désormais possible toute une série de manipulations et de circulations. Reprenant les outils et les analyses savamment mis au point, les conteurs se font fort d'aligner et de comparer à toutes fins pratiques les différents contes et leurs multiples versions. D'autre part, les conteurs d'ici définissent leur art comme étant « un art de la relation, relation étant à entendre au double sens de relater et relier 3 ». Cette dimension supplémentaire du relier sur le relater invite le chercheur à ne pas se contenter d'un travail strictement herméneutique, mais à envisager un travail de l'ordre d'une pragmatique, à se donner les moyens de comprendre comment le conte engage, oriente et constitue un monde. Ce mouvement engage une conversion : l'herméneutique étant dorénavant une ressource pour les conteurs, le chercheur gagne à renoncer à un point de vue expert. Au lieu de produire une herméneutique concurrente de celles que les conteurs s'efforcent de produire localement, il a tout intérêt à élucider les modalités de constitution de ces herméneutiques et à faire de ce travail le thème de son enquête. * Doctorante en sociologie, CRESAL, Universités Lyon 2 et Saint-Étienne, Anne.Haeringer@univ-lyon2.fr. 1. « [L']expression [« objet organisationnel »] que [Quéré] emprunte au jargon inimitable de Garfinkel, caractérise un mode de disponibilité du caractère ordonné, intelligible et sensé des phénomènes sociaux, différent de celui qu'organisent les artefacts [ou objets] sémiotiques : un mode où l'individualité des occurrences et des objets est appréhendée au fil de leur émergence comme entités sensibles à partir de processus d'(auto-) organisation in situ. » (Quéré, 1994, p. 31). 2. Cette expression désigne ce que les praticiens et théoriciens du conte repèrent comme étant une reprise de la transmission orale du conte dans des sociétés où tous s'accordent à dire qu'elle s'était interrompue. 3. Sauf indication contraire, les termes entre guillemets sont ceux des acteurs.
Complete list of metadata

Cited literature [9 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00981149
Contributor : Anne-Sophie Haeringer <>
Submitted on : Friday, August 21, 2020 - 11:43:38 AM
Last modification on : Monday, August 24, 2020 - 3:50:42 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 1, 2020 - 4:24:17 AM

File

2006-Haeringer-SHADYC-Expému...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00981149, version 1

Citation

Anne-Sophie Haeringer. Incorporer le sens de l'oeuvre. Le cas du « Labo » de la maison du conte. L’expérience musicale sous le regard des sciences sociales, 2005, Marseille, France. ⟨halshs-00981149⟩

Share

Metrics

Record views

222

Files downloads

11