Les lieux de la violence carcérale

Résumé : Il existe des lieux favorisant la violence. On l'aura compris, Le premier lieu des violences et notamment des violences les plus graves, c'est la cellule. C'est là que la personne incarcérée met généralement fin à ses jours, par pendaison. C'est le lieu des homicides, des violences sexuelles ou des bagarres entre codétenus quand en maison d'arrêt, des personnes qui n'ont rien en commun sont condamnées à cohabiter à plusieurs, souvent près de vingt-deux heures sur vingt-quatre dans des espaces très exigus. Ce qui peut s'y passer est redoutable et redouté. Dans ces espaces fermés à clef (cellules, douches collectives, salles d'attente ou " placards ",), on ne peut pas utiliser ce moyen instinctif qu'est la fuite en cas de danger, on se sent pris au piège. Les douches sont réputées pour être des lieux de règlements de compte et certains n'y vont jamais ou bien demandent à y être envoyés les premiers, le matin de bonne heure, pour éviter de fâcheuses rencontres. Il y a des escaliers sans visibilité, craints par certains qui tentent de s'organiser pour les descendre en groupes. Aux yeux de certains, les terrains de sport favorisent davantage des " combats de gladiateurs " que le jeu sportif.
Type de document :
Article dans une revue
Les Cahiers français : documents d'actualité, La Documentation Française, 2013, pp.25-26
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00977080
Contributeur : Corinne Rostaing <>
Soumis le : jeudi 10 avril 2014 - 17:02:23
Dernière modification le : dimanche 15 octobre 2017 - 22:44:09

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00977080, version 1

Citation

Corinne Rostaing. Les lieux de la violence carcérale. Les Cahiers français : documents d'actualité, La Documentation Française, 2013, pp.25-26. 〈halshs-00977080〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

162