La non mixité des établissements pénitentiaires et leurs effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique.

Résumé : Les prisons contemporaines sont majoritairement unisexuées, les femmes sont incarcérées avec des femmes et des hommes avec des hommes. Ce qui n'est pas sans effet sur la vie en détention. A partir d'une approche ethnographique de terrain au sein des prisons françaises, par observations et entretiens, aussi bien au sein des détentions féminines que masculines, il s'agira d'analyser les spécificités du traitement des femmes incarcérées et de l'enfermement au féminin. Officiellement, seule l'existence de quartiers de mères avec leur enfant de moins de 18 mois marque une différence structurelle mentionnée dans les textes. Pourtant la vie dans les détentions de femmes est fort différente. Si certaines spécificités comme l'incarcération fréquente dans de petits quartiers au sein de prisons d'hommes peuvent s'expliquer par la sous-représentation des femmes en prison, puisqu'elles représentent l'exception parmi une majorité masculine (3% des détenus sont des femmes), d'autres sont liées aux effets des conceptions de genre sur l'enfermement féminin. Les activités proposées aux femmes sont fortement liées aux stéréotypes de genre (tricot, patchwork, couture) et le type de travail correspond aux tâches de petite manufacture. Les conceptions patriarcales jouent un rôle essentiel sur le travail ou les formations proposées. Les formes de contrôle social semblent plus fortes. Les modèles de comportement exigés chez les femmes y sont plus stricts. Elles se rebellent ou s'évadent rarement par rapport aux hommes. D'ailleurs la sécurité semble une question moins prioritaire chez les femmes, il n'existe pas en pratique de maison centrale pour les femmes. L'enfermement n'est donc pas conçu de la même manière par l'administration qui gère les établissements pour hommes et pour femmes. Il ne produit pas non plus les mêmes effets sur les personnes incarcérées selon leur sexe. La non mixité des établissements ne tend-elle pas à accentuer et à reproduire ces différences ? Quels seraient les effets de la mixité en prison ?
Type de document :
Communication dans un congrès
Enfermements et genre. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux., Nov 2013, Paris, France
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00977042
Contributeur : Corinne Rostaing <>
Soumis le : jeudi 10 avril 2014 - 16:31:31
Dernière modification le : dimanche 15 octobre 2017 - 22:44:09

Identifiants

  • HAL Id : halshs-00977042, version 1

Citation

Corinne Rostaing. La non mixité des établissements pénitentiaires et leurs effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique.. Enfermements et genre. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux., Nov 2013, Paris, France. 〈halshs-00977042〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

371