La marque du père : Sur une notation de Pu Songling à propos de sa naissance

Résumé : Pour la théorie psychanalytique, le père n'est pas qu'une personne réelle. C'est d'abord une place, une fonction, qui ouvre au sujet l'accès au domaine du symbolique. Opérateur clé dans l'ordre du langage, il est ce par quoi s'effectuent la nomination et l'avènement de l'Autre, subjectif et sexuel. Son nom est partie prenante du désir de la mère et de la manière dont le sujet y répond, en en passant par ce processus de perte d'un objet imaginaire qui a pour nom castration. À cause de son rôle qui en fait l'agent du manque, la présence du père, dans cette acception, n'est pas toujours facile à repérer - c'est qu'elle relève du signifiant plus que d'un acteur réel. Elle n'en est pas moins opérante. Le Liaozhai zhiyi de Pu Songling (1640-1715), avec sa fantasmatique de femmes toutes-puissantes et " phalliques ", d'horreur et d'innommable, ne cesse d'évoquer la défaillance possible de ce nom. Faute de se rappeler l'inscription en filigrane de ce dernier, bien des contes de la collection restent incompréhensibles. L'importance de cette inscription n'est pas le fruit d'une imagination post-moderne : elle est très expressément portée à notre connaissance par Pu Songling lui-même, qui nous dit qu'il porte sur son corps cette marque du manque, qui est la marque du père.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00959418
Contributor : Rainier Lanselle <>
Submitted on : Friday, March 14, 2014 - 2:16:00 PM
Last modification on : Wednesday, July 17, 2019 - 2:39:58 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00959418, version 1

Collections

Citation

Rainier Lanselle. La marque du père : Sur une notation de Pu Songling à propos de sa naissance. Extrême-Orient Extrême-Occident, Presses universitaires de Vincennes, 2012, Hors série : " Père institué, père questionné " / " The father in question ", pp.83‑112. ⟨halshs-00959418⟩

Share

Metrics

Record views

164