" Si vis pacem para bellum " ou " si vis pacem para pacem " ?

Résumé : A la fin du IVe siècle dans son Traité de l'art militaire (De re militari), le chrétien Végèce a écrit : " qui désire la paix, se prépare donc à la guerre ". Son ouvrage, utilisé comme manuel de moralisation du guerrier par l'Eglise catholique, est encore qualifié au début du XIXe siècle par des stratèges militaires de " Livre d'or " des règles de la guerre. Mais cet adage toujours présent dans l'esprit de nos contemporains a été dénoncé en 1841 par le saint-simonien Barthélemy Prosper Enfantin qui a écrit : " si tu veux la paix, prépare la paix ". Le mouvement pacifiste qui s'est développé depuis les conflits napoléoniens peine à reprendre son souffle à la fin de la Seconde Guerre mondiale et la réflexion stratégique en France est contrôlée après la Guerre d'Algérie. C'est dans ce contexte que se développe la polémologie crée en 1945 par le sociologue français Gaston Bouthoul pour qui : " si tu veux la paix, connais la guerre ". A partir du début des années 1960, cette " science de la guerre " se voit concurrencée par le mouvement mondial de Peace Research qui promeut l'irénologie - science de la paix - fondé par le politologue norvégien Johan Galtung.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00942199
Contributor : Stéphane Kotovtchikhine <>
Submitted on : Tuesday, February 4, 2014 - 6:05:19 PM
Last modification on : Friday, June 8, 2018 - 2:50:08 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00942199, version 1

Collections

Citation

Stéphane Kotovtchikhine. " Si vis pacem para bellum " ou " si vis pacem para pacem " ?. " Si vis pacem para bellum " ou " si vis pacem para pacem " ?, Sep 2012, Dijon, France. pp.xx-yy. ⟨halshs-00942199⟩

Share

Metrics

Record views

1938