Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

The Blue Lamp (1950) et Dixon of Dock Green (1956-1976) ou l'appropriation du film noir par la fiction britannique des années 1950

Résumé : L'exceptionnelle longévité de Dixon of Dock Green (BBC,1957-1976) et de Z-Cars (BBC,1962-1978) fait de ces deux séries des témoins de premier plan de l'évolution de la télévision publique à ses débuts ainsi que plus largement des changements qui ont parcouru la société britannique au cours de ces décennies. Le recours à la série policière témoigne de la volonté politique du service public de radio-télédiffusion de questionner la société britannique dans son ensemble sur les grands traits de son identité de même que sur son devenir. Quelle place réserver à l'individu et à sa quête de sens dans une société d'après-guerre qui met l'accent sur la consommation à outrance et confond bonheur et gratification matérielle ? George Dixon est là pour le rappeler, lui qui ne ménage pas son temps pour les laissés-pour-compte qu'il rencontre quotidiennement au poste de police ou bien au cours de patrouilles, et qui lui confient leur désarroi. Protagoniste d'un des films phare du cinéma noir produit par les studios Ealing, The Blue Lamp (1949), George Dixon renaît à la télévision toujours sous les traits de Jack Warner après avoir été mortellement atteint par Tom Riley, petite frappe londonienne qu'incarne Dirk Bogarde. Cette filiation permet la reprise à la télévision d'un grand nombre des traits saillants du film-noir comme l'a développé le cinéma américain, qu'il s'agisse de la fascination pour la marginalité ou bien de la tension entre aspirations personnelles et obligations morales. L'esthétique du noir, faite de jeux d'ombres et de lumières empruntés à l'expressionnisme allemand, permet à Dixon of Dock Green d'hériter d'une facture unique à la télévision, qui néanmoins lui vaudra d'être concurrencé par Z Cars dès le début des années 1960. Cette analyse s'attache à déterminer la filiation entre ces deux séries légendaires de la télévision britannique et les deux principaux films-noirs du cinéma d'outre-Manche que sont The Blue Lamp et The Third Man (1949). Les axes principaux en sont thématiques mais aussi esthétiques. Notre interrogations porte sur les conséquences de cette réappropriation par la télévision publique du film-noir, un des genres filmiques principaux du cinéma américain d'après-guerre. Cette réappropriation s'inscrit dans le cadre plus vaste de la mainmise de la télévision britannique sur le support filmique après la Seconde Guerre mondiale.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00937129
Contributor : Georges Fournier <>
Submitted on : Monday, January 27, 2014 - 9:45:32 PM
Last modification on : Monday, February 10, 2020 - 12:16:52 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00937129, version 1

Collections

Citation

Fournier Georges. The Blue Lamp (1950) et Dixon of Dock Green (1956-1976) ou l'appropriation du film noir par la fiction britannique des années 1950. CinémAction, Cinémaction ; Filméditions ; Corlet, 2013, pp.12. ⟨halshs-00937129⟩

Share

Metrics

Record views

160