Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Masculin et pouvoir dans Le Rouge et le Noir

Résumé : Portant une attention renouvelée à la dimension genrée des personnages et aux relations entre les sexes, le roman de 1830 met en évidence la frontière radicale qui s'est dressée entre les hommes et les femmes sous l'Empire et la Restauration, que l'on songe au tableau donné par A. de Musset dans le deuxième chapitre de La confession d'un enfant du siècle, et à la confrontation entre Camille et Perdican dans On ne badine pas avec l'amour. Toute frontière appelant franchissement, les « troubles du genre » constituent un élément narratif important, comme le montrent Fragoletta de Latouche, Mademoiselle de Maupin de Th. Gautier, La fille aux yeux d'or de Balzac, voire Lamiel pour ce qui est de Stendhal. La construction du genre et les rapports entre les sexes ne se limitent pas au sexe, ni à l'amour : ce qui s'y joue, c'est la manière dont la société postrévolutionnaire recompose les rôles et redistribue les pouvoirs. A cet égard, Le Rouge et le noir offre une partition marquée entre les femmes et les hommes, et n'explore qu'à la marge la porosité des frontières. Certes, Julien Sorel, au moment de son arrivée chez les Rênal, présente les traits féminins d'un jeune homme à peine au sortir de l'adolescence ; face aux jeunes nobles, qui affectent une élégance féminisée, Mathilde de la Mole affiche une certaine virilité 1. Mais globalement, l'univers de cette « Chronique de 1830 » correspond bien plus au constat posé par Musset d'une séparation entre hommes et femmes 2. Le point nodal n'est pas dans ce roman l'identité genrée en tant que telle, mais la répartition et les logiques du pouvoir et de la domination, car « chez Stendhal, le masculin est d'abord une question politique 3 ». Le parcours du protagoniste pourrait se décrire comme une quête de l'origine du pouvoir : le rejet du « père Sorel » et la succession de pères adoptifs, avec des analogies intéressantes avec cet autre roman de formation d'un ambitieux sous la Restauration que sera Illusions perdues, ne relèvent pas que du biographique, mais interrogent profondément les sources du pouvoir à la fin de la Restauration. Sources qui se déclinent en divers modèles : le militaire, figuré par le chirurgien-major et incarné par Napoléon par la médiation du Mémorial de Sainte-Hélène ; le clérical, avec successivement les abbés Chélan et Pirard, ou l'évêque d'Agde ; le nobiliaire, représenté par le père et le fils de la Mole et le milieu parisien dans lequel ils gravitent. Dans cette société, le pouvoir relève exclusivement du masculin, s'inscrivant les schémas de la « domination masculine » dégagés par P. Bourdieu 4. Il s'agira donc dans cette étude d'examiner dans quelle mesure le masculin participe à la construction des personnages, à la mise en place par la fiction d'une société, et à l'axiologie politique du Rouge et le noir. 1 Sur ce point, voir notamment PREVOST J., Essai sur les sources de Lamiel, les amazones de Stendhal, le procès de Lacenaire, Lyon, Imprimeries réunies, 1942, p. 31-35 et MAIRA D., ici même. 2 C'est ce que souligne à juste titre VANOSSTHUYSE F. dans « Le Rouge et le noir : un cas d'écriture masculine », L'Année stendhalienne, 3, 2004, p. 135-159, article qui ouvre des pistes suggestives sur les rapports entre les sexes dans la relation amoureuse. 3 Comme le remarque très justement X. Bourdenet dans « Le Brigand héroïque : virilité, loi, pouvoir », dans MAIRA D. et ROULIN, J.-M. (dir.), Masculinités en révolution, de Rousseau à Balzac, Saint-Etienne, PUSE, 2013, p. 313. 4 Dans La Domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
Complete list of metadatas

Cited literature [6 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00908454
Contributor : Jean-Marie Roulin <>
Submitted on : Thursday, March 26, 2020 - 12:08:56 PM
Last modification on : Wednesday, April 1, 2020 - 9:24:31 AM

File

Rouge et le Noir Masculin et P...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00908454, version 1

Collections

Citation

Jean-Marie Roulin. Masculin et pouvoir dans Le Rouge et le Noir. Xavier Bourdenet. Lectures de Stendhal Le Rouge et le Noir, Presses Universitaires de Rennes, pp.105-120, 2013. ⟨halshs-00908454⟩

Share

Metrics

Record views

259

Files downloads

16