Les Fidjiennes sont-elles des mères porteuses?

Résumé : Les Fidjiennes sont-elles des mères porteuses ? Cette communication posera la question du statut de la femme, sœur des uns et épouse des autres. Les rituels de mariage et les funérailles dans l'île de Lakeba (îles Lau, Fidji) montrent que l'épouse est une étrangère et qu'elle le reste après avoir donné des enfants au groupe de son époux et même à sa mort. Elle n'est pas donnée mais en quelque sorte prêtée pour procréer. A son décès les membres de son groupe d'origine viennent la chercher afin de l'enterrer au côté de ses frères dans un cimetière éventuellement différent de celui de son mari. Lorsqu'elle survie à ce dernier, ses frères vont également la chercher mais peuvent se laisser convaincre, si ses enfants sont encore petits, de venir la quérir plus tard. Une personne, à sa mort, sera seulement enterrée après que sa dépouille ait séjourné au moins quelques heures dans la maison dont était originaire sa mère. Elle y retourne donc en tant que fruit et témoin du pouvoir procréateur de cette femme. Si la dépouille arrive de l'extérieure de l'île en avion ou en bateau, ce sont les membres du groupe d'origine de la mère qui la réceptionnent à l'aéroport ou à la jetée. De multiples prestations accompagnent ces mouvements d'engendreuses et engendrés. Toutes disent quelque choses sur le statut étranger de la femme dans le mariage et sur sa nécessaire irréversibilité. La question de savoir si sa qualité procréatrice ne vient pas précisément de son étrangeté, son altérité, sera posée. L'ensemble des faits sera mis en miroir avec la strangulation d'autrefois de la veuve d'un chef par ses frères (à elle). Comme si, parce qu'elles sont les épouses des chefs, elles sont données et non prêtées. Serait-ce parce que les chefs eux-mêmes sont les étrangers (cf. " stranger king " Sahlins)? Aujourd'hui ces questions peuvent mener à l'incident diplomatique lorsqu'un chef épouse une chéfesse, comme se fut le cas pour Ratu Mara, chef suprême des Lau, et Adi Lala, chéfesse suprême de Rewa. Les gens des Lau répètent à l'infini qu'elle aurait dû être enterrée à Lakeba, siège de la chefferie des Lau. Finalement, ce sera la question de l'altérité dans la procréation qui sera posée.
keyword : woman spouse lend give
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00871555
Contributor : Simonne Pauwels <>
Submitted on : Wednesday, October 9, 2013 - 5:44:40 PM
Last modification on : Wednesday, January 2, 2019 - 6:22:04 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00871555, version 1

Collections

Citation

Simonne Pauwels. Les Fidjiennes sont-elles des mères porteuses?. e-Toile Pacifique 2013, Oct 2013, Paris, France. ⟨halshs-00871555⟩

Share

Metrics

Record views

195